Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Arnaque aux travaux de rénovation dans l'Ouest : 90 victimes, deux entreprises sarthoises poursuivies

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Les responsables et plusieurs employés de deux entreprises de rénovation de l'habitat ont été interpellés par les gendarmes sarthois au terme d'une longue enquête sur des pratiques commerciales trompeuses et agressives. On recense 90 plaintes, en Sarthe et ailleurs dans l'Ouest.

Deux sociétés sarthoises spécialisées dans la rénovation de l’habitat vont être poursuivies pour escroquerie. L'enquête a permis de recueillir les plaintes de 90 victimes présumées (illustration)
Deux sociétés sarthoises spécialisées dans la rénovation de l’habitat vont être poursuivies pour escroquerie. L'enquête a permis de recueillir les plaintes de 90 victimes présumées (illustration) © Maxppp - François Destoc

Leurs victimes présumées étaient des personnes âgées de 70 à 80 ans, principalement en Sarthe mais aussi dans d'autres départements de l'Ouest : les pratiques commerciales "agressives et trompeuses" de deux entreprises sarthoises de rénovation de l'habitat vont déboucher sur un procès pour escroquerie en juillet prochain au Mans, annonce la Procureure de la République dans un communiqué, évoquant des faits commis entre janvier 2017 et janvier 2020

Démarchage téléphonique

L'enquête, confiée à la Cellule de lutte contre le travail illégal et les fraudes (CELTIF) du Groupement de la Gendarmerie de la Sarthe avec le concours de la direction départementale de la protection des populations, a permis de recenser 90 plaintes de victimes présumées. Les responsables et plusieurs employés de ces deux sociétés ont été interpellés. Leur mode opératoire, détaillé dans le communiqué du Parquet, montre une mécanique bien huilée, démarrant systématiquement par un démarchage téléphonique agressif et trompeur.

Lors de la prise de rendez-vous, explique le Parquet, le démarcheur se présentait comme mandaté par un organisme officiel et affirmait que "le diagnostic énergétique relevait d'une obligation gouvernementale en vue de l'amélioration de l'habitat, ou encore qu'en cas de refus, les clients se verraient contraints de payer des taxes complémentaires voire des amendes".

Bilan énergétique faussé et produits surfacturés

Ensuite, "un bilan énergétique réalisé à domicile à l'aide de procédés faussant les résultats" aboutissait à "une classification énergétique déterminée de façon arbitraire et une liste de travaux à effectuer". Lors des travaux, qui démarraient parfois le jour-même de la signature des bons de commande, les clients se retrouvaient avec des produits différents de ceux pour lesquels ils avaient signé, facturés au-dessus des prix du marché. 

"L'enquête a permis d'établir que peu de clients, tous âgés de 70 à 80 ans, étaient parvenus à s'opposer à ces méthodes commerciales qualifiées d'agressives, et à la réalisation des devis établis", précise le Parquet.

Un procès en juillet

Un procès pour escroquerie, pratique commerciale trompeuse et de mise en oeuvre de pratiques commerciales agressives est prévu les 2 et 3 juillet 2020 au Mans pour les neuf personnes physiques mises en cause, ainsi que les personnes morales impliquées. Le Parquet a demandé le placement sous contrôle judiciaire du gérant commun des deux sociétés, ainsi que son bras droit. 

Les peines encourues maximales sont de 5 ans d'emprisonnement et de 300 000 euros ( ou 10% du chiffre d'affaires)  pour les personnes physiques et une amende d'1 875 000 euros pour les personnes morales.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu