Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Arnaque sur Internet : deux escrocs pris en flagrant délit à Niort

lundi 20 novembre 2017 à 18:24 Par William Giraud, France Bleu Poitou

Belle prise pour les policiers de Niort. Jeudi dernier, ils ont interpellé en flagrant délit deux escrocs de région parisienne. Deux jeunes de 20 ans qui s'étaient spécialisés dans l'arnaque sur Internet.

Le centre-ville de Niort.
Le centre-ville de Niort. © Radio France - France Bleu Poitou

Niort, France

La méthode était rodée : les escrocs contactaient des jeunes sur les réseaux sociaux. Ils leur proposent de gagner plusieurs milliers d'euros en un clin d’œil. Il suffit d'envoyer son RIB et sa pièce d'identité. Les escrocs créditent ensuite le compte avec un chèque volé. Les montants vont de 1.800 à 3.000 euros. Il est ensuite simplement demandé aux jeunes de renvoyer une commission par mandat cash.

Jusqu'à 500 euros de préjudice par victime

Les escrocs sont sympas, ils ne demandent jamais plus de 500 euros ! Sauf que voilà, une dizaine de jours après, la banque rejette le chèque quand elle s'aperçoit qu'il est volé, et la victime déchante : elle n'a pas gagné d'argent, elle en a perdu.

Une centaine de victimes

Parfois, les escrocs se déplacent en personne pour remettre les chèques. C'est ce qui s'est passé à Niort la semaine dernière. Alertés, les policiers ont pu leur mettre la main dessus en pleine transaction. L'enquête ne fait que commencer mais il y aurait plus d'une centaine de victimes dans toute la France (Niort, Lyon, Toulouse, Concarneau, etc.).

L'enquête se poursuit

Placés en garde à vue, les malfaiteurs ont été remis en liberté dans l'attente d'une convocation judiciaire lorsque les investigations seront plus avancées.