Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Arnaques, cambriolages, violences conjugales : le nouveau visage de la délinquance en temps de crise sanitaire

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu
France

La Gendarmerie nationale constate une réelle évolution de la délinquance depuis le début des mesures de confinement le 17 mars. Si les cambriolages ciblent désormais les locaux vides, les militaires notent une recrudescence des arnaques et des violences conjugales.

Malgré les nombreux contrôles pour veiller au respect du confinement, la gendarmerie nationale reste mobilisée contre la délinquance.
Malgré les nombreux contrôles pour veiller au respect du confinement, la gendarmerie nationale reste mobilisée contre la délinquance. © Maxppp - Alexandre Marchi

"Pas une nouvelle délinquance, mais une délinquance qui s'adapte" explique vendredi sur France Bleu Paris le général Jean-Philippe Lecouffe, sous-directeur de la police judiciaire à la Gendarmerie nationale. Alors que les faits de voie publique sont en forte baisse, puisque les rues se sont vidées avec le confinement, les gendarmes sont confrontés à la montée en puissance de certaines arnaques depuis dix jours, comme les trafics de masques.

Faux désinfecteurs

"On a des gens qui se font passer par des gendarmes ou des policiers pour essayer de percevoir des amendes indûment. On a aussi des gens qui proposent des désinfections d'appartements ou de locaux collectifs à des prix souvent élevés. Ils se présentent en blouse blanche et prétendent désinfecter des cages d'escalier par exemple, mais ce sont des escrocs."

En revanche, les cambriolages ont nettement reculé reconnaît le général Lecouffe, "mais si les gens sont à domicile, ils ont déserté en journée les magasins, les usines, les entreprises dans lesquelles ils travaillaient. Ces zones-là sont devenues des zones de prédation pour les cambrioleurs. La délinquance s'est déplacée". La gendarmerie a d'ailleurs renforcé la surveillance des entreprises et des commerces, comme en Seine-et-Marne. 

Les violences conjugales en hausse

L'un des principaux effets négatifs du confinement, c'est l'augmentation des violences conjugales. Les faits constatés ont bondi de 32% d'après la préfecture de police de Paris, en charge de la petite couronne. Et de 36% en zone gendarmerie.

"On ressent une augmentation des interventions, confirme Jean-Philippe Lecouffe, ce qui est assez logique puisque les familles sont confinées. Ce voisinage 24h sur 24 est susceptible de créer des tensions. On est conscient de ce phénomène, et on est prêts à intervenir. Ce n'est pas parce qu'il y a la crise du coronavirus que nous arrêtons d'intervenir sur ces faits de violences intra-familiales. On est très mobilisés sur ce sujet." Le général rappelle qu'en cas d'urgence, les victimes peuvent composer le 17 pour obtenir une intervention des policiers ou des gendarmes.

Des contrôles parfois tendus

Après dix jours de confinement, le sous-directeur de la Gendarmerie explique que la grande majorité des citoyens comprend et accepte les restrictions de déplacement, mais il y a encore "des irresponsables avec lesquels les contrôles sont souvent difficiles, tendus... ça dégénère avec des mots, des violences, et même des crachats sur les forces de l'ordre. Ce sont des comportements absolument inadmissibles, qui sont d'autant moins compris par les gendarmes et policiers que ces mesures de confinement sont prises pour protéger la population".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu