Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Arrêté anti-mendicité : le maire de Besançon remplace son arrêté polémique à la veille d'une manifestation

vendredi 31 août 2018 à 18:22 Par David Malle, France Bleu Besançon et France Bleu

Alors qu'une nouvelle manifestation est prévue ce samedi à 16h à Besançon contre cet arrêté municipal "anti mendicité", le maire de Besançon annonce ce vendredi soir avoir remplacé cet arrêté, par un nouveau texte. Le mot mendicité a disparu.

L'ordonnance rendue par le Tribunal Administratif de Besançon, ce mardi 28 août 2018, sur la légalité de l'arrêté municipal "anti mendicité" dans une partie du centre-ville bisontin
L'ordonnance rendue par le Tribunal Administratif de Besançon, ce mardi 28 août 2018, sur la légalité de l'arrêté municipal "anti mendicité" dans une partie du centre-ville bisontin © Radio France - Julien Laurent

Besançon, France

Alors qu'une nouvelle manifestation doit avoir lieu ce samedi contre l'arrêté anti mendicité pris par le maire de Besançon et malgré la victoire de la municipalité au tribunal administratif mardi dernier, Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon, a décidé de retirer son arrêté polémique du 3 juillet et le remplacer.

Voilà ce qu'il écrit dans son communiqué de presse : 

Le Maire de Besançon a pris la décision de remplacer l’arrêté du 3 juillet 2018 par un nouvel arrêté dont les objectifs restent inchangés et dans lequel la rédaction doit éviter tout malentendu par rapport aux buts poursuivis.

Le juge administratif, par son ordonnance rendue le 28 août 2018, a estimé que l’arrêté municipal pris le 3 juillet 2018 en vue de prévenir des troubles à l’ordre public, n’était ni manifestement illégal, ni disproportionné.

Jean-Louis Fousseret rappelle qu’il ne s’agit en aucun cas d’un arrêté anti-mendicité, mais d’un arrêté destiné à assurer  la tranquillité publique, sans stigmatiser les plus fragiles. Dans ce domaine, la Ville de Besançon est mobilisée au quotidien avec le CCAS et ses partenaires qui viennent en aide aux plus démunis, depuis de longues années.

Il réaffirme que pour la municipalité, l’action sociale est une priorité du mandat. Il est regrettable que certaines polémiques aient occulté la réalité de l’action sociale de Besançon et de son CCAS présent au quotidien dans les rues de la ville.

Le Maire souhaite par cette modification répondre aux interrogations et aux inquiétudes qui ont pu être exprimées ces dernières semaines et lever ainsi toute ambiguïté. « Besançon n’a jamais voulu interdire la mendicité mais améliorer une situation connue de tous. Besançon agit et agira toujours pour les plus démunis ».