Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Arrêté en train de voler des masques, il crache sur les policiers en disant avoir le coronavirus

-
Par , France Bleu Hérault

Un homme a été condamné à de la prison ferme à Montpellier (Hérault) après avoir craché sur des policiers lors de sa garde à vue.

L'homme s'est rebellé lors de sa garde-à-vue en crachant à plusieurs reprises sur les agents tout en disant être atteint du coronavirus Covid-19
L'homme s'est rebellé lors de sa garde-à-vue en crachant à plusieurs reprises sur les agents tout en disant être atteint du coronavirus Covid-19 © Radio France - Salah Hamdaoui

Un homme a écopé de 8 mois de prison ferme vendredi à Montpellier, après avoir craché au visage de policiers lors de sa garde-à-vue, tout en disant avoir le Coronavirus. Cet homme, déjà connu de services de police, avait été interpellé dans la nuit de jeudi à vendredi alors qu'il était en train de commettre un vol à la fac de pharmacie, vraisemblablement un vol de masques de protection.

"C'est quand il était dans les cellules de l'hôtel de police de Montpellier qu'il s'est énervé et a commencé à cracher par terre en insultant les policiers et en hurlant qu'il avait le coronavirus, détaille David Leyraud, secrétaire régional adjoint du syndicat Alliance Police Occitanie. Quand les policiers se sont rapprochés pour lui demander de se calmer, il leur a craché dessus. _Il a fallu lui mettre un masque et le menotter_, il a essayé de les mordre. Les collègues, évidemment, n'avaient pas de masque"

L'homme écope donc de huit mois de prison ferme avec maintien en détention, mais également de cinq ans d'interdiction de paraître à Montpellier.

L'homme s'est rebellé durant sa garde à vue

Des actes de plus en plus nombreux

Cette semaine, une jeune femme de 25 ans a écopé d'une condamnation similaire après avoir elle aussi craché au visage de policiers, dans la Loire. "Depuis le confinement et les mesures restrictives, on assiste à des individus qui n'acceptent pas le contrôle, qui se rebellent et qui crachent sur les policiers en disant avoir le coronavirus, dénonce David Leyraud. On a eu le cas à Millau, avec huit policiers qui maintenant sont à domicile, confinés. On a des exemples dans certains quartiers à Toulouse, à Perpignan...on assiste à une recrudescence de ces faits. Ce sont des faits d'une extrême gravité, puis qu’à chaque fois les policiers doivent être confinés le temps de savoir s'ils sont atteints". 

À ce rythme-là, d'ici huit jours, il n'y aura plus de policiers sur le terrain.
- David Leyraud, secrétaire régional adjoint du syndicat Alliance Police Occitanie

L'auteur des crachats, tout comme la jeune femme jugée dans la Loire ont tous les deux été jugés en comparution immédiate. "Il est évident que seule une réponse pénale extrêmement rapide et très ferme pourra dissuader les individus de s'adonner à ces faits", se félicité le secrétaire régional.

Les crachats contre les policiers se multiplient depuis le début du confinement selon David Leyraud, du syndicat de police Alliance

Choix de la station

À venir dansDanssecondess