Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Arrêté sur le port obligatoire du masque dans la Marne prolongé : des citoyens contestent

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Des citoyens contestent l'arrêté du préfet de la Marne qui prolonge l'obligation du port du masque jusqu'au 16 février 2021 car jugé disproportionné, un référé liberté a été déposé. Une audience a lieu ce vendredi au Tribunal administratif de Châlons, qui doit rendre sa décision lundi.

Affiche d'information sur le port du masque obligatoire dans les rues de Reims
Affiche d'information sur le port du masque obligatoire dans les rues de Reims © Radio France - Stéphane Maggiolini

Des habitants de Reims, Châlons-en-Champagne ou encore Sarry dans la Marne ont déposé un recours contre l'arrêté du préfet de la Marne qui prolonge l'obligation du port du masque jusqu'au 16 février 2021. Cet arrêté du 16 novembre dernier, qui complète l'arrêté du 30 octobre, prolonge l'obligation du port du masque en extérieur dans toutes les communes de plus de 3.500 habitants et 12 autres communes de moins de 3.500 habitants dont Sarry

Des citoyens jugent cette mesure disproportionnée et leur avocat a déposé une requête en référé liberté devant le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne. Une audience a eu lieu ce vendredi 27 novembre. 

Un habitant de Sarry, 2.062 habitants, dans les requérants 

"La différence avec le mois de septembre c'est que le préfet a pris un arrêté qui généralise le port du masque dans des communes de plus de 3.500 habitants et des plus petites communes comme Sarry, donc on a des clients qui habitent à Sarry et qui considèrent que dans un petit village, éloigné de Châlons en plus, il n'y a pas nécessité de porter le masque dans l'intégralité de la commune", explique Maître Mathieu Malblanc, avocat du barreau de Châlons, qui a déposé le recours. 

"Quand un habitant de Sarry sort dans son village, il y a très peu d'endroits à part le tout petit centre ville ou autour de l'école, où il y a des regroupements de personnes", poursuit Maître Malblanc qui précise que la densité de population à Sarry est de 101 habitants au kilomètre carré contre... 1.700 habitants à Châlons et 3.800 à Reims. "On peut bien parler d'atteinte à la liberté, il faudrait circonscrire l'obligation du port du masque à l'extérieur aux zones les plus denses de la commune de Sarry", a précisé à l'audience l'avocat des requérants. 

La décision du Tribunal administratif attendue lundi 30 novembre 

Autre argument : des indicateurs de l'Agence régionale de santé sur l'évolution de l'épidémie en nette amélioration dans la Marne. Alors pourquoi prolonger l'obligation de près de trois mois jusqu'au 16 février 2021 ? En septembre dernier, le Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne avait déjà retoqué un arrêté du préfet de la Marne sur le port obligatoire du masque dans les rues de Reims car jugé pas assez précis. 

Ce vendredi, le chef du pôle juridique de la préfecture de la Marne Jean-Charles Journée a estimé de son côté que l'obligation du port du masque en extérieur est la "mesure la moins contraignante, et la plus lisible" et précise : "seules les communes parlent à tout le monde, pas les noms de rues car moins identifiables, donc l'arrêté tel qu'il est, est lisible". La décision du Tribunal administratif de Châlons sera rendue lundi 30 novembre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess