Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Arthez-de-Béarn : condamné à cinq ans de prison ferme pour l'agression sexuelle d'une personne âgée

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu

Un homme de 34 ans a été condamné ce lundi pour avoir agressé sexuellement une personne âgée de 79 ans. À l'audience, il a reconnu les violences mais a nié avoir abusé de sa victime.

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Le tribunal judiciaire de Pau a jugé ce lundi l'agression sexuelle d'une vieille dame chez elle à Arthez-de-Béarn. C'était le soir du 18 mai 2018. Cette dame de 79 ans a été violentée par un homme de 34 ans aujourd'hui, qui a été condamné à cinq ans de prison ferme. 

Un homme qui habitait le village et qui a été interpellé six mois après les faits. Il s'agit d'un toxicomane et dit avoir agi sous l'effet de l'alcool et du crack. Lors de l'audience, le tribunal a fait le récit d'une agression glaçante.

Agressée à son domicile

Glaçant, c'est le mot d'ailleurs utilisé à l'audience par la substitut du procureur Aurore Chauprade. Il a continué de nier l'agression sexuelle, ne reconnaissant que les violences. Il dit que son intention était le vol ce soir là. Le vol et que le vol, dit-il, alors qu'il est parti sans rien emporter. Son addiction le ruine. Il a toqué à la porte-fenêtre. Il la connait alors il lui a fait la bise avant de l'attraper par le bras pour la faire rentrer. 

Elle est tombée et s'est cognée sur un meuble pendant la chute raconte-t-il. Il s'est assis sur elle et a tenté de lui passer des menottes, achetées dans un sex-shop. En vain. Il a alors enlevé le fuseau de sa victime, mais c'était pour s'en servir de lien, à l'entendre. Et le coup de pied dans la tête en partant, c'est une maladresse. 

Le récit de la victime

La version du prévenu ne colle pas avec les constations des enquêteurs réalisées dans la maison. Il y a le désordre et les relevés d'ADN. Mais surtout, il y a le récit de la victime, qui parle bien de violences sexuelles. Elle n'est pas venue à l'audience, mais elle a réussi à mettre des mots sur le calvaire qu'elle a vécu, auprès des enquêteurs. Des attouchements parmi les coups. 

Elle a fait un mois d’hôpital après les faits. Elle est irrémédiablement traumatisée, et elle ne peut plus vivre seule. Un de ses enfants vit avec elle désormais, "depuis le jour où on m'a assassinée" comme elle continue de dire aujourd'hui.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu