Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Prison ferme pour une ex-banquière de Perpignan qui avait détourné 170.000 euros des comptes de ses clients

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Une femme de 53 ans, accusée d'avoir détourné plus de 170.000 euros de liquide en l'espace de trois ans, vient d'être condamnée jeudi à deux ans de prison (dont un ferme) par le tribunal correctionnel de Perpignan. Des faits commis en tant que conseillère bancaire.

Au moment des faits, la banquière retirait l'argent de ses clients avec une carte spéciale
Au moment des faits, la banquière retirait l'argent de ses clients avec une carte spéciale © Maxppp -

Perpignan, France

Elle était poursuivie pour abus de confiance. Une ex-banquière vient d'écoper d'une peine de deux ans de prison, dont un an ferme, pour avoir escroqué pas moins de 17 clients, dont elle était conseillère au sein d'une agence de Perpignan entre 2010 et 2013. Sa combine a donc duré trois ans.

Trois ans à se servir, ni vu ni connu, sur les comptes de ses victimes. Mais pas n'importe lesquelles : des femmes veuves, pour la plupart. Et âgées. Minimum 70 ans. Des femmes, très peu regardantes sur leurs comptes, qui lui font, à l'époque, une confiance aveugle pour gérer leur patrimoine.

Des opérations sans autorisation

Mais "pour les besoins de sa famille", explique t-elle avec le recul à la barre du tribunal, la banquière trouve alors un moyen discret de retirer de fortes sommes, dans le dos de ses clients. Elle édite en fait une carte interne à sa banque. Une carte de retrait express, à durée de validité très courte. Elle l'insère ensuite dans un distributeur à billets, et le tour est joué.

Ce n'est pas tout. Elle rachète aussi partiellement les assurances vie de ses clientes, pour s'emparer du capital. Un gros pactole qui finance par exemple les études de ses enfants, comme l'école de kiné de son fils en Espagne.

Une tentative de suicide dans l'agence

Sauf que la combine finit par s'écrouler. Début 2013, certains clients se plaignent auprès de la direction de retraits inexpliqués. L'étau se resserre très rapidement autour de la banquière. Et l'arnaque aurait pu très mal finir. Sentant le couperet venir, cette employée a tenté de mettre fin à ses jours au sein de l'agence bancaire.

Cette femme de 53 ans, rongée "par la dépression, a aujourd'hui tout perdu. Son poste, sa maison - hypothéquée pour rembourser la banque - et surtout son mari. Un comptable qui n'a pas du tout apprécié les agissements de son épouse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu