Faits divers – Justice DOSSIER : Meurtre d'Agnès Marin

Assassinat d'Agnès Marin : son grand-père, Armel, explique pourquoi la famille veut poursuivre la justice

Par Virginie Salanson, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu mardi 28 avril 2015 à 17:24

Armel Marin en 2014 lors du procès en appel à Riom.
Armel Marin en 2014 lors du procès en appel à Riom. © Radio France-Géraldine Marcon

Armel Marin s’exprime après la décision de la famille d’Agnès d’écrire au Conseil de la magistrature. Les parents de la jeune fille veulent qu’un magistrat instructeur soit sanctionné pour les erreurs survenues dans le suivi du jeune Mathieu.

Alors que le procès en appel de Mathieu qui a tué en 2011 la jeune Agnès Marin s’est tenu à l’automne dernier et* a abouti à sa condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité, la famille de la jeune fille continue son combat* . Les parents d’Agnès ont expliqué avoir adressé un courrier au Conseil de la magistrature.* Ils réclament des sanctions disciplinaires contre une juge d’instruction,* cette dernière est à l’origine de la remise Mathieu en liberté après un précédent viol dans le Gard. Le jeune homme, alors âgé de 17 ans, avait ensuite intégré le collège Cévenol du Chambon-sur-Lignon où il a rencontré Agnès.

"Oui le système a besoin d'être réorganisé" - Armel Marin

La famille de la victime estime aujourd’hui que le contrôle judiciaire du jeune Mathieu , du ressort de la protection judiciaire de la jeunesse sous le contrôle du juge, a été totalement négligé. La juge qui a instruit cette première affaire a fait preuve de manquements selon Armel Marin, le grand-père d’Agnès,* "toutes les analyses vont dans le même sens, cette dame qui était donc magistrat instructeur à l’automne 2010 à Nîmes a commis toutes les erreurs, toutes les fautes, a provoqué tous les dysfonctionnements que l’on puisse imaginer et tous les commentateurs malheureusement sont d’accords là-dessus. Je dis que cette dame n’est pas à la hauteur de cette fonction."* *Armel Marin qui souhaite que la mort d’Agnès puisse servir à éviter de nouvelles erreurs, * "depuis longtemps on parle du fonctionnement de la justice, c’est une occasion (…) je crois que cela peut être utile, car il y a des trous dans ce système, des manquements très graves."

AFFAIRE MARIN son2

→ Lire aussi :

→ Notre dossier : Le meurtre d'Agnès Marin