Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assassinat d'Ustaritz : le procès aura bien lieu

mercredi 1 août 2018 à 18:36 Par Paul Nicolaï et Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque

Cédric Bernasconi, accusé d'avoir violé et tué une femme enceinte de huit mois à Ustaritz, le 13 septembre 2017, était-il dément au moment des faits ? Les experts ont rendu leur avis et le procès aura bien lieu.

L'accusé pensait d'abord cambrioler la maison
L'accusé pensait d'abord cambrioler la maison © Maxppp -

Ustaritz, France

Le rapport de l’expert psychiatre conclut à une « altération du  discernement » au moment des faits et non pas à une  « abolition », selon les informations que France Bleu Pays Basque s'est procuré. Une distinction qui change tout aux yeux de la loi. Cela veut dire que le SDF pourra être jugé. 

Des faits glaçants

La justice a qualifié les faits "d'homicide volontaire et viol avec circonstances aggravantes". Le 13 septembre 2017, Mélodie Massé, une jeune élève infirmière de 23 ans enceinte de huit mois, est partie se reposer quelques jours au domicile de sa mère à Ustaritz. On la retrouve violée et assassinée avec plusieurs circonstances aggravantes.

Les enquêteurs trouvent des traces ADN dans la maison. Elles conduisent les gendarmes à Cédric Bernasconi, un SDF de 38 ans qui explique qu'il voulait cambrioler la maison. L'expert psychiatre Roland Coutenceau a été sollicité par la justice pour étudier la psychologie du mis en examen. Il a donc conclu à une "altération du discernement au moment des faits".

La défense peut maintenant demander une contre-expertise.