Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Assassinat de la coiffeuse de Saint-Martin-d’Ablois : le procès en appel bascule

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Rebondissement au procès en appel des « amants diaboliques » accusés du meurtre de Laurence Dromard en juillet 2010 à Saint-Martin-d'Ablois. Sylvain Dromard a donné ce mardi une nouvelle version des faits, à la surprise générale.

Sylvain Dromard et Murielle Bonin sont jugés en appel pour l'assassinat de la coiffeuse de Saint-Martin d'Ablois
Sylvain Dromard et Murielle Bonin sont jugés en appel pour l'assassinat de la coiffeuse de Saint-Martin d'Ablois © Radio France - Sophie Constanzer

Il semble avoir joué son dernier va-tout. Au septième jour de son procès en appel, Sylvain Dromard a surpris la Cour d’assises de l’Aube en prenant la parole ce mardi pour donner une nouvelle version des faits. « Fallait que je vide mon sac, j’ai entendu trop de mensonges de Murielle Bonin », a déclaré l’accusé à la barre. Sylvain Dromard, 59 ans, est jugé en appel aux côtés de son ancienne maîtresse Murielle Bonin pour l’assassinat de son épouse le 15 juillet 2010, à son domicile de Saint-Martin-d’Ablois dans la Marne.

Il y a un contrat sur la tête de mes filles – Sylvain Dromard

Sylvain Dromard raconte que le jour du meurtre, il croise son ancienne maîtresse Murielle Bonin (avec une perruque) et le frère de celle-ci dans l’impasse où se trouve son domicile. Murielle Bonin lui aurait dit : « j’ai massacré ta femme ». Une discussion de 5 minutes aurait suivi, et Murielle Bonin aurait déposé l'arme du crime à l'atelier de son amant. Et Sylvain Dromard va plus loin à la barre : « il y a un contrat sur la tête de mes filles… si je parle, la vie de mes filles est en danger ».

« Vous vous rendez compte de ce que vous dites ? Vous avez peur qu’aujourd’hui elles soient tuées ? », questionne la présidente de la cour. Et pour cause, alors qu’il a été interrogé pendant près de 5h30 vendredi, Sylvain Dromard n’a jamais parlé de ce « contrat ». Il a soutenu la thèse d’un cambriolage qui a mal tourné pendant l’enquête et une partie de l’instruction, avant d’incriminer son ancienne maîtresse Murielle Bonin : « Après l’altercation entre Murielle Bonin et mon épouse le 23 avril 2010, il y a eu un contrat sur ma tête et sur celle de Laurence... puis un contrat sur mes filles pour que je garde le silence ».

Dites la vérité, M. Dromard !

Pourquoi n’avoir pas donner cette version avant, et lors du premier procès ? « Je pensais que j’allais y passer aussi», répond Sylvain Dromard, pressé de questions. La présidente de la cour d’assises s’agace en énumérant les incohérences de l’accusé depuis le début de ce procès en appel le 11 septembre : « Je vois pas l’intérêt de chercher du réconfort auprès de la femme qui a tué votre épouse le lendemain du crime. Et la relation sexuelle avec Murielle Bonin, c’était sous la contrainte ? ». Même la propre avocate de Sylvain Dromard perd patience durant l'audience : « Dites la vérité Monsieur Dromard ! ».

C’est du délire, il veut sauver sa peau – Murielle Bonin

Après les révélations de Sylvain Dromard à la Cour, son ancienne maîtresse Murielle Bonin a été elle aussi à nouveau entendue ce mardi. « Sidérée, attérée par ce revirement de situation », Murielle Bonin nie l’existence d’un « contrat » et souligne : « c’est du délire, c’est du délire, il veut sauver sa peau… je me serai promenée dans l’impasse avec mon frère en plein jour, pleine de sang puis je serai allée dans le village sans être vue… c’est tiré d’un film… ». Et de rajouter : « On parle de contrat, ça me fait penser au grand banditisme… j’ai une vie rien de plus simple ».

Sylvain Dromard n’avait jamais parlé d’un « contrat » mais il avait déjà mis les enquêteurs sur la piste d’un crime commis par le frère de Murielle Bonin, Thierry Bonin, pendant l’instruction. Hypothèse écartée par les enquêteurs. Présente dans la salle, l’épouse de Thierry Bonin -décédé en mars 2011- précise que son mari était avec elle le soir du crime le 15 juillet 2010.

Le verdict est attendu ce mercredi devant la Cour d'Assises de l'Aube. Sylvain Dromard encourt la réclusion criminelle à perpétuité, tandis que son ancienne maîtresse Murielle Bonin encourt 18 ans de réclusion criminelle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu