Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Assassinat de Lumes : Xavier Gougelet condamné à la perpétuité

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La Cour d’assises des Ardennes a condamné Xavier Gougelet à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat de Mickaël Labonne, le nouveau compagnon de son ex-petite amie, et pour avoir tenté de tuer l’ex-petite amie en question et les deux enfants du couple.

2 jours après l'assassinat de son compagnon, Emilie Laillier s'est fait tatouer la date du drame
2 jours après l'assassinat de son compagnon, Emilie Laillier s'est fait tatouer la date du drame © Radio France - Alexandre Blanc

C’est un véritable déferlement de rage qui s’est abattu sur Mickaël Labonne, le 12 avril 2016, à Lumes. Son assassin, Xavier Gougelet a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’avoir tué de 22 coups de couteau, l’avoir frappé au visage à coups de marteau, lui avoir coupé un pouce au sécateur et avoir commencé à scier la jambe. La Cour d’assises des Ardennes a prononcé une peine de sûreté de 22 ans. À sa sortie de prison, Xavier Gougelet devra se soumettre à un suivi socio-judiciaire pendant 8 ans.

Si l’homme âgé de 37 ans aujourd’hui s’est rendu ce jour-là dans cette maison de Lumes, c’est pour y trouver son ex-compagne, Emilie Laillier. Alors que Mickael Labonne s’interpose au prix de sa vie, elle parvient à s’enfuir avec ses deux enfants, à les confier à une voisine et à se réfugier chez un autre habitant de la rue. Les jurés ont reconnu Xavier Gougelet coupable de tentative d’assassinat à son encontre ainsi qu’envers les deux enfants du couple, âgés de 1 et 2 ans au moment des faits. 

Incapable d’admettre qu’il puisse faire du mal à des enfants, Xavier Gougelet a exprimé son intention de faire appel

Une "boucherie" préméditée

Ce 12 avril 2016, Xavier Gougelet voit rouge. Condamné en 2012 pour avoir frappé sa compagne de l’époque, Emilie Laillier, et sorti de prison depuis mai 2014, il est convoqué pour la révocation de son sursis le lendemain car il n’a pas respecté ses obligations de soins. 

Emilie Laillier, veuve de Mickaël Labonne et reconnue victime de tentative d'assassinat - Radio France
Emilie Laillier, veuve de Mickaël Labonne et reconnue victime de tentative d'assassinat © Radio France - Alexandre Blanc

Emilie Laillier a découvert l'horreur du crime à l'audience

Xavier Gougelet ingurgite 50 comprimés d’anti-dépresseurs dilués dans de l’eau et quitte Bar-le-Duc où il vit chez sa mère, celle qui l’a abandonné alors qu’il avait 13 ans. Il s’arrête pour acheter tout un outillage morbide : deux couteaux dont une lame de 19 cm, un scalpel, une scie et un marteau de charpentier. "On peut briser des os avec un marteau de charpentier. C’est efficace", dira-t-il à l’audience. 

Je lui coupe le pouce et hop, plus de Playstation – extrait de la garde à vue de Xavier Gougelet, le 13 avril 2016

Arrivé à Lumes, ne pouvant pas mettre la main sur son ex-petite amie, il s’acharne sur Mickael Labonne. Deux coups de couteau d’abord. "Tu fais moins le malin", lance-t-il à sa victime. Puis, de ses propres mots,  il fait "du sale". Il y a du sang partout. "On ne savait même pas où poser nos sacs", témoigne un pompier. 

La "boule de colère"

Lorsqu’il parle de cette journée depuis son box, l’assassin évoque une "boule de colère" qui agit malgré sa volonté. Mais pour l’expert-psychiatre et le psychologue qui l’ont examiné, Xavier Gougelet n’est pas fou. Il ne délire pas, il est conscient du bien, du mal et de ses actes. 

S’il manque éventuellement de discernement, cela s’explique plutôt par une personnalité paranoïaque. "Xavier Gougelet impute toute chose à un autre", explique le docteur Collin, médecin-psychiatre. Il ne s’interroge jamais sur sa propre responsabilité. Lorsqu’une femme le quitte, il la menace et la frappe. S’il en vient à nourrir une telle colère envers Emilie Laillier, il explique même que c’est à cause de sa conseillère d’insertion et de probation. "Il ne vaut mieux pas que je la recroise, sinon je…", s’oublie-t-il en pleine audience. 

Tu as déclenché ma haîne et tu t'arrangeras avec - écrit en prison en 2013 par Xavier Gougelet, dans des lettres qu'il comptait remettre à Emilie Laillier le 12 avril 2016

Se reconnaître comme un monstre lui semble impossible psychiquement. S’il reconnaît avoir tué Xavier Gougelet, il nie toute préméditation et réfute avoir voulu s’en prendre à Emilie Lallier et aux enfants. Mais au fil des jours, confronté aux questions tenaces de la présidente et aux éléments du dossier, la posture cynique de l’accusé s’effrite. "L’idée de faire du sale m’est venue dès que j’ai eu le couteau dans les mains". Ou encore : "Ma colère était dirigée vers elle. Elle a bien fait de partir parce que pour me contrôler ça aurait été dur". 

Il n’y a qu’au sujet des enfants que la position de Xavier Gougelet n’a pas varié. Lui qui affirmait vouloir "arracher les yeux du plus jeune" et couper le bras de l’autre lors de sa garde à vue au lendemain du crime a toujours clamé pendant le procès qu’il ne pouvait pas faire de mal à un enfant. Il les a pourtant privé d’un père. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu