Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Assassinat du parc du Verney : "Je n'imaginais pas cette atrocité"

-
Par , , France Bleu Pays de Savoie

Ce lundi à Chambéry s'est ouvert le procès d'Adrien Bottollier, assassin présumé de Mostapha Hamadou, poignardé à mort à 28 reprises dans le parc du Verney. Ce n'est pas le premier drame qui touche la famille Hamadou. Le frère de la victime, Ahmed, est l'un des disparus du fort de Tamié.

Le procès durera 5 jours devant la Cour d'assises de Savoie
Le procès durera 5 jours devant la Cour d'assises de Savoie © Radio France - Luc Chemla

Le procès d'Adrien Bottollier a commencé ce lundi, devant la cour d'assises de Savoie. Il est jugé pour assassinat et tentative d'assassinat. Cet étudiant en psychologie de 24 ans est accusé d'avoir tué de 28 coups de couteau Mostapha, un marginal, en mai 2015 au parc du Verney à Chambéry. Il reconnaît ces faits mais nie en revanche avoir asséné des coups de couteau à un autre homme sept mois plus tard à Thonon-les-Bains.

Ce lundi, la cour se penche notamment sur le profil psychologique de l'accusé. Dans la salle, Aïcha, la sœur de Mostapha est présente, comme une partie de la famille. Une épreuve difficile pour elle, surtout à l'énoncé du détail des faits. "Moi qui refusais de lire l'ordonnance..." explique-t-elle, pensant à ce qu'a enduré son frère. "Il a agonisé. Il s'est vidé de son sang. Je n'imaginais pas cette atrocité".  Aïcha admet sa haine contre l'accusé, sa tristesse aussi.

"Je refuse qu'il soit interné en psychiatrie."

"J'ai enfin vu le visage de la personne qui a assassiné mon frère" explique-t-elle. Elle le voit et apprend son passé. Adrien Bottolier a rompu le contact avec son père qui le maltraitait, s'est scarifié suite à une relation amoureuse chaotique. "Je constate aujourd'hui que c'est un malade" raconte Aïcha. Mais pas question pour elle de le plaindre : "j'attends qu'il ait une lourde peine. Je refuse qu'il soit interné en psychiatrie. Ou alors qu'il soit suivi, mais en prison".

Ahmed Hamadou, le frère de la victime, l'un des disparus du fort de Tamié

Aïcha explique que ce drame a détruit sa famille, "les uns les autres, on est tellement mal... on est tous en souffrance". Ce n'est pas le premier drame auquel est confronté la famille,"on est maudit" : Mostapha était aussi le frère d'Ahmed Hamadou, l'un des disparus du fort de Tamié, affaire dans laquelle la famille suspecte une implication possible de Nordahl Lelandais. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu