Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assassinat du père Hamel : trois ans après, les paroissiens pardonnent mais n'oublient pas

Hommage au père Jacques Hamel, vendredi 26 juillet 2019 à Saint-Etienne-du-Rouvray. Trois ans jour pour jour, que le prêtre a été assassiné, dans son église, par deux jeunes radicalisés. Sur place, les fidèles pardonnent mais n'oublient pas.

Une marche silencieuse s'est déroulée en début de matinée.
Une marche silencieuse s'est déroulée en début de matinée. © Radio France - Romain Chevalier

Saint-Étienne-du-Rouvray, France

À Saint-Etienne-du-Rouvray, personne n'oublie ce qu'il s'est passé ce 26 juillet 2016. Lorsqu'en pleine célébration le père Jacques Hamel est assassiné par deux terroristes. Trois ans après, la plaie est toujours ouverte chez les fidèles, à l'image de Gigi. 

"On pense toujours à ce qu'il s'est produit ce jour-là. Puis à chaque fois qu'on se rend à la messe, on a l'image du père Hamel devant l’autel qui nous revient" - Gigi, paroissienne

Quelques paroissiens ont participé à la marche silencieuse. - Radio France
Quelques paroissiens ont participé à la marche silencieuse. © Radio France - Romain Chevalier

Des souvenirs qui remontent

Et en cette journée d'hommage, elle ressasse certaines pensées : "Ces commémorations sont très biens, mais cela remue aussi beaucoup de souvenirs et pas toujours des bons."

La cérémonie dans l'église a accueilli plusieurs centaines de personnes.  - Radio France
La cérémonie dans l'église a accueilli plusieurs centaines de personnes. © Radio France - Romain Chevalier

Pour Florian, un paroissien, cette date est gravée à jamais dans sa mémoire. Ce jour-là, il devait assister à cette célébration devenue une tragédie. 

Alors sa présence sonne comme une évidence. "Même si aujourd'hui ça fait trois ans, je ne me vois pas passer à autre chose et ne pas venir lui rendre hommage. Pour le moment, tous les 26 juillet, je serai là pour célébrer sa mort", dit, ému, le jeune paroissien.

Désormais, seul le temps pourra apaiser cette cicatrice indélébile.

Choix de la station

France Bleu