Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 100% Verts

ASSE : l'avenir de Claude Puel est-il menacé ?

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La question mérite d’être posée au vu de l’importance de la crise de résultat qui frappe le club. Sept défaites consécutives. Dont la dernière, une véritable déroute 4-1 à Brest ce week-end. Pourtant Claude Puel devrait encore s’inscrire dans la durée. Explications.

Claude Puel
Claude Puel © Maxppp - Rémy Perrin

Sept défaites. Sept défaites de rang. Peu d'entraîneur de Ligue 1 survivraient à pareille série noire. Depuis son arrivée le 04 octobre 2019 et en 39 matchs officiel dirigés, Claude Puel compte 38% de victoires seulement. Ce qui le place au niveau d’Oscar Garcia, éphémère entraineur de l'AS Saint-Étienne entre juin et novembre 2017.  

Puel incarne le projet

Mais contrairement au technicien espagnol, Claude Puel est à la fois entraineur numéro un et manager général de l’ASSE. Une double casquette qui lui confère une mainmise totale sur tout le secteur sportif et une place au conseil de surveillance au côté notamment de Roland Romeyer, Bernard Caïazzo et Xavier Thuilot.  Claude Puel incarne le projet souhaité par ses dirigeants, à savoir assainir des finances dans le rouge suite à une politique salariale dispendieuse jusqu’à son arrivée, et dans le même temps valoriser le centre de formation. Un projet qui ne se réalise évidemment pas en un claquement de doigts. 

Le licencier coûterait très cher

Pour cela, le manager dispose d’un contrat d’environ 200.000€ par mois jusqu’en juin 2022. Le licencier coûterait donc très cher aux finances du club et puis il ne faut pas compter sur le Castrais pour lâcher. Il a connu pareille situation avec Nice en 2013. Une série de sept défaites consécutives à l'automne. Les Aiglons avaient terminé le championnat à la quatrième place. On n’en demandera pas tant…

Choix de la station

À venir dansDanssecondess