Faits divers – Justice

Assises de la Savoie : Luc Ferry, cité par une partie civile, doit témoigner à la barre

Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie lundi 12 décembre 2016 à 12:58

La cour d'assises entend les experts (un psychologue et deux psychiatres) ce lundi, avant d'entendre l'ancien ministre de l'Education Luc Ferry
La cour d'assises entend les experts (un psychologue et deux psychiatres) ce lundi, avant d'entendre l'ancien ministre de l'Education Luc Ferry © Radio France - B Dupin

Suite du procès d'Eric Molcrette devant la cour d'assises de la Savoie. L'ancien instituteur de Planaise est jugé pour viols et agressions sexuelles sur des petites filles. L'ancien ministre de l'Education Luc Ferry, cité par une partie civile, viendra témoigner ce lundi en fin de journée.

Les débats ont repris ce lundi matin devant la cour d'assises de la Savoie, à Chambéry. La semaine dernière l'accusé Éric Molcrette a reconnu devant la cour les viols et les agressions sexuelles sur des petites filles de sa classe entre 2011 et 2013 et sur des fillettes d'un camp de vacance équestre en Charente-Maritime durant l'été 2012.

Ce lundi matin une experte psychologue est venue retracer l’enfance difficile de l'accusé, un père violent, un frère toxicomane, des abus sexuels dont il a été victime dans l'enfance. L'experte a insisté sur son sentiment de honte mais une honte liée au fait d'avoir été percé à jour. Eric Molcrette ne dit rien sur les conséquences sur les enfants, aucune empathie, aucune parole de regret durant l'entretien avec la psychologue.

→ À lire aussi : Assises de la Savoie : l’ancien instituteur de Planaise explique avoir mélangé monde réel et monde virtuel

Pas un pervers, mais des actes pervers, selon l'experte psychologue

Karine Alpanez ne considère pas que l'accusé soit un pervers en terme psychique. " C'est monsieur tout-le-monde, dit l'experte. Il n'est pas structuré psychologiquement dans la perversion mais ses actes le sont. En masquant les yeux des enfants lors de ces ateliers du goût, il les déshumanise, il les dépersonnifie. En collectionnant les photos, comme un chasseur de papillons fière d'une nouvelle prise, il arrive à la jouissance et c'est en ce sens qu'il y a perversion".

La France est en retard en matière de prévention des actes de pédophilie

Un avocat de la partie civile interroge l'experte sur les outils de prévention disponibles pour les personnes susceptibles de basculer, sur l'existence d'un numéro vert anonyme par exemple : " On est en retard en France sur cette question-là ", répond-elle. La question sera de nouveau au centre des débats en fin de journée. Après l'audition de deux autres experts, deux psychiatres dont l'un cité par la défense, l'ancien ministre de l’Éducation de 2002 à 2004 Luc Ferry viendra témoigner. Il est cité par la Fondation pour l'Enfance créée il y a 40 ans. " On remarque depuis une dizaine d’années que l’Éducation nationale est confrontée et ne peut plus s'extraire d'un certains nombre de maltraitances ", dont la pédophilie, explique le directeur de la Fondation pour l'Enfance Vincent Dennery.

À lire aussi : Savoie : 43 plaintes pour viol déposées contre un instituteur, deux ans après son arrestation

" Il est intéressant que les parents, et forcément derrière les enfants qui demanderont un jour des explications, puissent comprendre parfaitement, de la bouche de responsable de l’État, toute la complexité qu'il y a à comprendre, à faire ressortir, et à protéger contre ces maltraitances sexuelles ". Luc Ferry a déjà dit qu'il ne s'exprimerait pas en dehors de l'audience, compte tenu du huis-clos partiel (réservé à la presse) de ce procès. La Ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, citée elle aussi a décliné, au motif qu'il faut un décret en Conseil des ministres pour permettre à un ministre en exercice de venir témoigner devant la justice.

Vincent Dennery, directeur de la Fondation pour l'Enfance, invité à 7h50

À lire aussi

Planaise, en Savoie - Radio France
Planaise, en Savoie © Radio France -