Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de Côte-d'Or : en appel, Bernard Rousseau est condamné à vingt ans de réclusion criminelle

vendredi 24 novembre 2017 à 21:10 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Jugé en appel devant la cour d'Assises de Côte-d'Or pour le meurtre de son épouse commis le 30 mai 2013 à Auxy en Saône et Loire, Bernard Rousseau 75 ans a été déclaré coupable par les jurés et condamné à vingt ans de réclusion criminelle.

Le Palais de justice de Dijon
Le Palais de justice de Dijon © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

"Le crime était presque parfait." C'est par cette phrase que l'avocat général débute sa plaidoirie. Visage émacié, cheveux blancs coupés courts, c'est les bras croisés et les yeux dans le vide que l'accusé écoute l'avocat général. Maitre Chassagne démontre que les blessures de la victime ne sont pas compatibles avec une chute dans l'escalier. Pour lui, la thèse de l'accident ne tient pas. La plaie béante sur le crane, les ongles cassés et les lésions sur la bouches et le nez prouvent qu'il y a bien eu agression. Et même qu'on a empêché la victime de crier. Les taches de sang retrouvées en haut de l'escalier prouvent également que la victime saignait déjà avant sa chute. "Bernard Rousseau s'est empressé à dissimuler les preuves", ajoute le représentant de l’État qui au moment de conclure sa plaidoirie réclame une peine de vingt ans de réclusion criminelle et dix ans de privation des droits civiques.

Pas l’œuvre d'un rôdeur

Ce sont surtout les indices trouvés dans la propriété familiale d'Auxy près d'Autun ce 30 mai 2013 qui jettent le trouble. Il y a d'abord les draps ensanglantés mis dans deux sacs cachés sous un tas de compost au fond du jardin, puis la mèche de cheveux imprégnée de sang retrouvée dans la poubelle de la salle de bain et enfin les escaliers nettoyés avec une serpillère: "tout cela ne peut pas être l’œuvre d'un rôdeur", affirment les deux parties. Alors qui a tué Eliane Rousseau ? Bernard Rousseau ? Ce dernier affirme que ce matin là, à son réveil vers 6 heures et quart, sa femme dormait encore et que c'est à 7 heures 30 après avoir ramassé l'herbe coupée dans le jardin la veille, qu'il a trouvé son épouse morte au bas de l'escalier. Ce que mettent en doute plusieurs médecins légistes pour lesquels, l'heure du décès remonterait à plusieurs heures avant la découverte du corps.

Aucune raison de tuer son épouse

Maitre Nicolle dénonce lui une enquête à charge dès le départ : "Bernard Rousseau était le coupable idéal." L' avocat de la défense développe la thèse du crime sans mobile, "même avec sa double vie, l'accusé n'avait aucune raison de tuer sa femme, Bernard Rousseau et son épouse vivaient unis, ils étaient heureux, c'était un couple sans histoire" , ajoute l'avocat de la défense. Un crime sans arme également : "on a jamais retrouvé l'objet qui a servi à tuer son épouse", et enfin un crime sans visage, "sur le masque blanc du meurtrier, ne mettez pas le visage de Bernard Rousseau. Celui qui a fait cela, est parti avec l'arme, ce n'est donc pas mon client le meurtrier" déclare l'avocat au bout d'une plaidoirie de plus de trois heures.

Après avoir délibéré pendant près de six heures, et au terme de cinq jours de procès, les jurés de la cour d'Assises de Côte-d'Or ont déclaré Bernard Rousseau coupable du meurtre de son épouse. Bernard Rousseau a cinq jours pour se pourvoir en cassation.