Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de Côte-d'Or : les experts fragilisent sérieusement la thèse d'une chute dans les escaliers

jeudi 23 novembre 2017 à 0:30 Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne

Troisième jour de procès ce mercredi devant la cour d'Assise de Côte d'Or. C'est la deuxième fois que l'homme de 73, accusé du meurtre de sa femme est jugé, il avait été acquitté faute de preuves l'an dernier par les jurés de la cour d'assises de Saône-et-Loire. Le parquet avait fait appel.

Le Palais de justice de Dijon.
Le Palais de justice de Dijon. © Radio France - Jacky Page

Côte-d'Or, France

Le 29 mai 2013 au matin, les secours reçoivent un appel de Bernard Rousseau, il a trouvé sa femme inconsciente aux pieds des escaliers de leur maison d'Auxy près d'Autun en Saône-et-Loire. Mais certains éléments font douter les secouristes quand à la piste de la chute dans les escaliers, les enquêteurs comme les médecins légistes concluent à un meurtre. Après avoir pris connaissances des expertises du médecin psychiatre, aujourd'hui les jurés ont entendu les rapports des médecins légistes.

La chute dans l'escalier ne serait pas la cause du décès

Le médecin légiste confirme qu'Eliane Rousseau est bien morte de ses multiples blessures à la tête, notamment une plaie à la tempe droite qui lui aurait fait perdre beaucoup de sang. Mais le fait que le reste du corps, exceptés les bras et le torse soit épargné l'interroge , "quand on fait un roulé-boulé dans les escaliers, on se blesse partout".

quand on fait un roulé-boulé dans les escaliers, on se blesse partout"

Un Deuxième point ne colle pas pour l'expert, le cadavre a été retrouvé la tête en bas, les bras collés le long du corps. "Mais quand on tombe... et c'est un réflexe naturel qu'on a tous... on met ses bras en avant". Pour lui, il est quasi impossible que le cadavre se soit naturellement trouvé dans cette position. C'était déjà ce qui avait mis la puce à l'oreille du médecin urgentiste le jour du drame. C'est d'ailleurs de là qu'est partie l'enquête pour meurtre.

Autre point d'ombre, le corps a été retrouvé tout en bas des escaliers, qui marquent pourtant un virage avant d'atteindre le rez-de-chaussé. Experts comme enquêteurs s'étonnent que le corps et pu réalisé un tel virage lors de sa chute. Hier, la présidente de la Cour a présenté un à un des clichés pris lors de la reconstitution du crime pour éclaircir ce point. Ils présentent différents tests réalisés par les enquêteurs, ils consistent à pousser ou simplement laisser tomber un mannequin à plusieurs reprises de différents endroit des escaliers pour analyser sa chute. Dans aucun des essais, le mannequin ne parvient à dépasser le virage de l'escalier.