Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de l'Isère : dix ans de réclusion pour un jeune homme qui en avait poignardé un autre en 2015

jeudi 8 mars 2018 à 19:26 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère

Ryan, 19 ans, a été condamné mercredi soir, par les Assises de l'Isère, à dix ans de réclusion criminelle. L'avocat général avait requis 18 ans. Verdict accueilli avec dignité par la famille de Grégory, jeune homme poignardé en 2015.

Grégory, 18 ans, avait été poignardé pour un mauvais regard à un feu rouge, à Échirolles, en 2015
Grégory, 18 ans, avait été poignardé pour un mauvais regard à un feu rouge, à Échirolles, en 2015 -

Grenoble, France

L'avocat général avait requis 18 ans de réclusion, en écartant l'excuse de minorité.  Ryan comparaissait depuis lundi après-midi devant la Cour d'assises de l’Isère pour le meurtre en novembre 2015 de Grégory. A l'époque, il avait 16 ans, Grégory 18 ans. L'audience s'est donc déroulée à huis clos.

Mort pour rien

Grégory était un jeune homme sans histoire, étudiant et footballeur, au sein d'une famille aimante, il avait un frère cadet, Alexis, une petite amie. Et puis tout a basculé, ce jour de novembre 2015. Arrêté à un feu rouge, Grégory a un petit accrochage avec la voiture qui le précède. Il sort de son véhicule, pour évaluer les dégâts. Sur le trottoir, il y a un adolescent, qui le regarde. Dans sa main, il a un couteau. Que se passe-t-il alors entre les deux ? Un mauvais regard, une parole de travers ? En tous cas, Ryan a sorti son couteau et a poignardé Grégory à quatre reprises, dont un coup qui lui a sectionné la carotide. 

"C'est le procès de la violence gratuite qui gangrène nos quartiers et notre jeunesse" - Maître Dreyfus

Grégory s'est vidé de son sang, sur le trottoir. "C’est le procès de la violence gratuite" avait dit son avocat, Maître Denis Dreyfus, à l'ouverture de l'audience. "Ce meurtre s'était passé au moment de l'ouverture du procès des assassins de Kevin et Sofiane, tous trois jouaient dans le même club de foot, à Echirolles ! Trois jeunes, qui avaient la vie devant eux et qui sont morts pour rien !"

5000 personnes avaient participé, après la mort de Grégory, à une marche blanche

L’endroit où le jeune homme est tombé est toujours fleuri. C'est affaire avait choqué toute une ville, c'est pourquoi l'audience a été forte en émotion. La famille de Grégory, ses parents et son frère Alexis, était venue, soudée, entourée de nombreux proches.  A l'annonce du verdict, 10 ans de réclusion, ils n'ont pas bronché. Et pourtant, la peine était inférieure aux réquisitions de l'avocat général qui avait réclamé que l'excuse de minorité ne soit pas retenue. Il avait demandé 18 ans de réclusion criminelle, alors que Ryan encourait 15 ans.

La défense satisfaite

Alors, évidemment, du côté de la défense, même si on avait plaidé l'homicide involontaire et non le meurtre, on se dit satisfait. L'un des trois avocats de Ryan, Maitre Levy-Soussan : "La Cour a tenu compte du parcours chaotique de notre client, déscolarisé, à l'éducation défaillante. Il avait été également été enlevé et séquestré, victime d'un règlement de compte. Il avait peur pour sa vie." Et il ajoute : "Avec ce verdict, il va pouvoir envisager une vie en dehors de la prison. "

Les parents de Grégory, condamnés à perpétuité à vivre sans leur fils

Les parents de Grégory, eux, sont condamnés à la perpétuité, celle de réapprendre à vivre sans leur fils. Maître Dreyfus souligne leur grande dignité : "J'espère qu'ils vont pouvoir tourner la page, mais ils n'oublieront jamais leur fils, c'est lui qui va leur donner la force de continuer."

Grégory repose dans le cimetière de Pont-de-Claix, en face du stade de football, où à 4 ans, il avait découvert ce sport, avec son père. Un sport qu'il aimait et qu'il a pratiqué avec passion tout au long de sa trop courte vie.