Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de Haute-Garonne : le procès du meurtre d'une jeune employée d'Airbus

jeudi 17 janvier 2019 à 8:54 Par Magalie Lacombe et Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie et France Bleu

Ce jeudi, s'ouvre devant la cour d'assises de Haute-Garonne le procès d'un meurtre chez les salariés d'Airbus. En février 2015, Maureen Jacquier, 19 ans était retrouvée morte chez elle à Toulouse. Près de quatre mois plus tard un mécanicien d'Airbus était arrêté à Tournefeuille.

Maureen Jacquier a été sauvagement assassinée à son domicile, à Toulouse, le 27 février 2015.
Maureen Jacquier a été sauvagement assassinée à son domicile, à Toulouse, le 27 février 2015. © Maxppp - Maxppp

Toulouse, France

C'est une scène insoutenable que le père de Maureen Jacquier découvre un vendredi soir de février, dans l'appartement de la rue du Tricou derrière l'usine Saint-Eloi d'Airbus : une mare de sang et sa fille mutilée par 62 coups de couteau

Maureen est une jeune femme de 19 ans, technicienne chez Airbus, passionnée et promise à un avenir brillant dans l'entreprise. 

L'accusé nie catégoriquement depuis le début de l'enquête

L'enquête s'annonce longue. Les policiers vont entendre 130 témoins et prélever autant d'ADN, jusqu'à ce que celui de Sylvain Boulais, 25 ans à l'époque, corresponde avec des traces retrouvées dans la salle de bain, le sang et sur le lit de la victime.  

Ce mécanicien d'Airbus, inconnu de la justice, s'était prêté de bonne grâce à l'interrogatoire. Il connaissait Maureen depuis deux ans, elle avait été un temps, la compagne de son meilleur ami. Sylvain Boulais est interpellé chez lui début juin.

Mais depuis, ce garçon décrit comme aimant les couteaux et les femmes nie catégoriquement le meurtre. Et même si son emploi du temps est bancal, ses avocats soulignent que l'heure du meurtre n'est pas précise et que l'arme du crime n'a pas été retrouvée. 

Le verdict est attendu le vendredi 25 janvier. Sylvain Boulais risque 30 ans de réclusion.