Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de l'Indre : deux frères condamnés à vingt ans de prison

mercredi 28 novembre 2018 à 17:03 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

Les deux frères qui comparaissaient devant les assises de l'Indre pour extorsion de fonds et actes de torture ont été condamnés ce mercredi après-midi à vingt ans de réclusion criminelle. Ils ne devraient pas faire appel du verdict.

Une partie de la famille des accusés était présente à l'énoncé du verdict.
Une partie de la famille des accusés était présente à l'énoncé du verdict. © Radio France - Sarah Tuchscherer

Châteauroux, France

Les accusés se sont-ils rendus coupables d'extorsion de fonds aggravée par des actes de torture ou de barbarie ? A cette question, le jury des assises de l'Indre a répondu oui, ce mercredi après-midi. Après près de trois heures de délibération, il a donc condamné à vingt ans de prison les deux jeunes hommes qui ont comparu devant eux pendant trois jours.

Ces deux frères, issus de la communauté des gens du voyage, s'étaient rendus, le 18 mars 2016, chez un habitant de St-Lactencin. Il les avait contactés en prétextant un radiateur en panne. En réalité, après leur avoir offert à boire, il leur avait fait des avances. C'est à ce moment-là que les coups avaient commencé à pleuvoir. La victime avait été laissée pour morte, son pronostic vital était engagé à l'arrivée des secours. 

Deux agressions coup sur coup 

Plus tard dans la nuit, les deux hommes s'étaient arrêtés chez l'un de leurs voisins, qui recevait un ami. Ces deux derniers avaient aussi essuyé une pluie de coups, sous les yeux du fils de l'un des deux, un adolescent âgé de quinze ans à l'époque. Dans les deux cas, les victimes avaient expliqué que leurs agresseurs leur avaient réclamé de l'argent à plusieurs reprises. Ce sont ces déclarations qui ont convaincu le jury que l'extorsion de fonds était bel et bien caractérisée.  

Les accusés ont dix jours pour faire appel. Selon leurs avocates, ils ne devraient pas le faire.