Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de l'Isère : Clément Gilabert écope de 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa petite amie

lundi 27 mars 2017 à 20:14 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère

Les jurés de la Cour d'assises ont délibéré moins de deux heures pour condamner Clément Gilabert, 25 ans, à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre, de Rebecca Rossi, sa petite amie, alors âgée de 19 ans et n'ont pas retenu la préméditation.Ils ont suivi les réquisitions de l'avocate générale

La cour d'assises n'a pas retenu la préméditation dans l'affaire Clément Gilabert
La cour d'assises n'a pas retenu la préméditation dans l'affaire Clément Gilabert - Radio France

Grenoble, France

"Je demande pardon à la famille de Rebecca, même si je l'ai fait trop souffrir. Je voudrais dire qu'il n'y a pas un jour sans que je pense à Rebecca, à ce que je lui ai fait. Je suis sincèrement désolé de vous avoir enlevé votre enfant...' Ce sont les derniers mots que Clément Gilabert a prononcés avant que la Cour ne se retire pour délibérer cet après-midi, après trois jours d'audience, éprouvantes, au cours desquels les larmes ont souvent coulé.

Auparavant, son avocat Maitre Mickaël Zaiem avait plaidé longuement pour démontrer que son client n'avait pas prémédité son geste, contrairement à ce que l'avocat de la partie civile s'était employé à mettre en lumière le matin même.

Pas de préméditation pour l'avocate générale

Pour Maitre Zaiem, Clément est un gosse immature, jaloux, qui a aimé comme un fou Rebecca et qui a agi comme un fou, en la tuant à coups de couteau ce 30 avril 2014, à 18H59, sous un porche de la rue Gallice, à Grenoble. Que s'est-il passé pour que Clément, sous le coup d'une pulsion de haine, s'en prenne avec une telle sauvagerie à celle qu'il disait aimer à 300 % ? Selon l'avocat, Rebecca, par provocation, a raconté à Clément qu'elle avait quelqu'un d'autre dans sa vie. Or, ce n'était pas vrai, l'enquête l'a démontré. Elle aurait fait cela par provocation, car ils s'étaient disputés, comme cela leur arrivait souvent. Mais dans les innombrables SMS que le couple s'est échangé, deux mois avant le drame, jamais il n'a été question de rupture. Non, Clément, qui avait déjà été quitté plusieurs fois, n'aurait pas supporté de vivre une nouvelle trahison qui s'est avérée fausse.

L'avocate générale partage beaucoup de ce que la défense a plaidé. Pour elle, "pas de préméditation, mais un individu souffrant d'un manque énorme d'estime de soi qui ne supporte pas qu'on le trompe ou qu'on le quitte, qui fantasme sur une éventuelle infidélité qui n'existe pas." La magistrate estime que ce que l'accusé a fait est un acte horrible, barbare, une véritable exécution, mais qui n'a pas été préparé. "Assassinat ou meurtre, pour la famille de Rebecca ça ne change rien. Elle est morte. Mais pour l'accusé, cela change la durée de la peine." Et de requérir 20 ans, car il doit quand même avoir une peine longue pour réfléchir sur lui-même.

"Clément a aimé Rebecca comme un fou, il a agi comme un fou en la tuant" - Maître Zaiem

À la sortie de la salle d'audience, les deux familles, celle de Rebecca et celle de Clément, se sont soigneusement évitées, chacune repliée dans sa douleur. Maître Hervé Gerbi, pour les parents et le frère de la victime, s'est dit finalement satisfait de la peine, même s'il n'a pas eu gain de cause sur la préméditation : "C'est une peine importante, aucune circonstance atténuante n'a été reconnue à l'accusé. Mes clients sont restés très dignes, jusqu'au bout. Ils attendaient ce procès depuis trois ans! "

Le condamné ne devrait pas faire appel de ce verdict. Il est retourné en prison, non sans avoir, depuis son box, échangé quelques mots avec sa mère, en lui souriant.

→ À lire aussi :