Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de l'Isère : Laëtitia Fabaron condamnée à cinq ans de réclusion dont trois avec sursis

mardi 30 mai 2017 à 22:03 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère

Après trois heures de délibéré, la cour d'assises de l'Isère a condamné ce mardi Laëtitia Fabaron à cinq ans de réclusion criminelle dont trois avec sursis. L'avocate générale avait requis cinq ans. Elle a été incarcérée à la prison pour femmes de Lyon-Corbas (Rhône).

Laëtitia, ce matin, avant la dernière journée d'audience, au palais de justice de Grenoble
Laëtitia, ce matin, avant la dernière journée d'audience, au palais de justice de Grenoble © Radio France - Véronique Pueyo

Grenoble, France

Laëtitia Fabaron comparaissait pour avoir tué son bébé après avoir accouché seule, en mai 2012, chez elle, à Moirans (Isère). Elle ne savait pas qu'elle était enceinte. Elle avait caché le corps dans son congélateur. Un an plus tard, en avril 2013, son compagnon de l'époque, qui n'était pas le père de l'enfant, avait découvert le drame.

A l'écoute du verdict, Laëtitia a pleuré. Son avocate est déçue, tout en reconnaissant la clémence de la cour : "J’espérais que le sursis couvrirait la peine. Cela va être dur pour elle de retourner en prison. Cela fait quatre ans qu'elle fait un travail sur elle pour se reconstruire, avec une psychologue. Elle a un nouveau compagnon, un nouvel enfant, un travail. Ce soir, Laëtitia a d'abord pensé à sa famille, qui va devoir vivre sans elle." explique Maître Véronique Pigeon. L'avocate redoute également l'ambiance de la prison, qui peut être hostile à sa cliente.

Laëtitia avait fait deux mois de préventive en 2013, après son arrestation, mais elle avait été remise en liberté sous contrôle judiciaire. Ce que souhaite la jeune femme désormais, c'est pouvoir témoigner, lever le tabou sur le déni de grossesse. A la sortie du palais de justice, les proches de Laëtitia étaient en pleurs. Son avocate va travailler pour essayer de faire aménager la peine.

Dans son réquisitoire, l’avocate générale avait demandé 5 ans de réclusion criminelle, en expliquant que comprendre n'était pas excuser et que s'il n'y avait pas de sanction, ce serait comme tuer une deuxième fois ce bébé.

Ecoutez l'entretien que Laëtitia Fabaron nous a accordé ce mardi matin, avant la reprise de l'audience et avant le verdict