Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de l’Yonne : une affaire d’assassinat sur fond d’héroïne

-
Par , France Bleu Auxerre, France Bleu

Deux Icaunais sont jugés cette semaine à Auxerre pour l'assassinat d'un homme de 29 ans, fin 2013, à Vermenton. Un revendeur de drogue, tué de deux balles dans le dos et dont le corps a été incendié, dans sa voiture, dans un bois de Cravant.

Les Assises de l'Yonne examinent une affaire d'assassinat jusqu'à vendredi
Les Assises de l'Yonne examinent une affaire d'assassinat jusqu'à vendredi © Radio France - Delphine Martin

Auxerre, France

La première journée d'audience a notamment été consacrée à l'étude de la personnalité des deux accusés. Deux toxicomanes qui ont décrit une vie sous héroïne, une vie vouée entièrement à la drogue. "Quand on en a besoin, on ne pense qu'à ça", explique le plus jeune, 22 ans aujourd'hui, tombé dans l'héroïne à 17 ans. "On EST le produit. Il nous prend totalement."

L'autre accusé, âgé de 29 ans, évoque des journées entières consacrées à la recherche de l'héroïne. Et de l'argent pour l’acquérir. "Pour m'en acheter, je volais. A ma mère. A ma famille. Ce n'était plus une vie. C'était un enfer", explique-t-il avec des tremblements dans la voix.

Une enfance entre disputes et violences

Les deux accusés qui comparaissent depuis mardi ont vécu ensemble, mais ils n’étaient pas vraiment amis. Tout ce qui les rassemblait, c’était la drogue. D’un côté, Eddy, un jeune homme de 29 aujourd’hui à l'allure juvénile, mais au visage dur. Il reconnait avoir tiré sur la victime à deux reprises avec un fusil, mais il réfute le caractère prémédité de son geste. Poussé par la présidente de la cour, il parle de sa mère, "une bonne mère, une femme sensible", mais alcoolique et dépressive, qui fait deux tentatives de suicide.

Son menton tremble lorsqu'il évoque son père : "un homme droit", mais parfois violent avec sa mère et avec lui-même. Il lui donnait des gifles. Il lui a même cassé une dent. "Mais j'étais difficile à gérer", précise l'accusé.

A l'adolescence, il évite la maison et les disputes incessantes de ses parents. Il préfère dormir chez des copains. Et commence à se droguer. Le cannabis dès 13 ans. La cocaïne et surtout l'héroïne à 21 ans. "Je n'ai jamais fait les choses qu'il faut pour être heureux", dit-il simplement. "Et aujourd'hui ?", lui demande la présidente. "Aujourd'hui", souffle-t-il en retenant des larmes, "il ne reste pas grand-chose de moi. Je suis brisé. Ce que j'ai fait m'a détruit."

Un garçon influençable

De l’autre côté du banc des accusés : Corentin, 22 ans. Il comparait libre. Il reconnait aussi avoir aidé à transporter le corps de la victime dans sa propre voiture pour y mettre le feu. Interrogé par la cour, il évoque une enfance plutôt heureuse, malgré la séparation de ses parents lorsqu'il a deux ans. On le dit gentil et serviable mais susceptible et très influençable. "Il ne sait pas dire non" disent ses proches. Il a commencé la drogue dure à 17 ans. "J’avais tout pour réussir" dit-il tristement, "j’ai tout gâché avec mes mauvaises fréquentations".

Le principal accusé, âgé de 29 ans, risque la réclusion criminelle à perpétuité pour assassinat. L'autre accusé, âgé de 22 ans, encourt jusqu'à 5 ans de prison pour non-assistance à personne en danger et recel de cadavre. Le verdict des Assises de l’Yonne est attendu vendredi.

-> À lire aussi - Assises de l’Yonne : "Je ne voulais pas le tuer. J’ai sursauté. Le coup est parti"

Choix de la station

France Bleu