Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de la Côte-d’Or : un septuagénaire condamné à 15 ans de prison

mardi 29 janvier 2019 à 19:06 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Un homme de 79 ans, jugé depuis jeudi dernier par la Cour d’assises de la Côte-d’Or a été condamné à quinze ans de prison pour avoir assassiné une femme à Talant en 2016.

La salle d'audience de la cour d'assises de Dijon
La salle d'audience de la cour d'assises de Dijon © Radio France -

Dijon, France

Après plus de trois heures de délibéré et quatre jours de procès, la Cour d’assises de la Côte-d’Or a condamné à 15 ans de prison un homme de 79 ans. En juin 2016, il a tué  une femme, avec qui il entretenait une liaison, à coups de couteau et de marteau dans un parking souterrain à Talant. 

L’homme, interpellé sur les lieux du crime, reconnaît les faits depuis le début de la procédure. Le point qui posait question dans cette affaire est celui de la préméditation : était-ce un meurtre ou un assassinat ? La cour a tranché et reconnaît le septuagénaire coupable d’assassinat. 

Les avocats de la défense ont pourtant dessiné dans leur plaidoirie le portrait d‘un homme qui vit « dans une grande dépendance affective », d’un homme « sous influence et fragile. » Sans minimiser la gravité de son geste, Me Billard évoque « un acte commis dans l’instant et dans un contexte particulier. » 

Son confrère Me Estève a tenté de convaincre les jurés : « non ce n’est pas un tyran, ce n’est pas un psychopathe. C’est un type normal, c’est un type comme vous, comme moi », qui se sent humilié et qui, parce qu’il a été frustré toute sa vie, finit par exploser. « C’est un coup de folie au sens ordinaire du terme, » plaide t-il. 

La Cour a été plus sensible au portait dépeint par l’avocat général, celui d’un homme qui « utilise méticuleusement tous les objets qu’il a emporté avec lui : le dégrippant, la corde, le tournevis, le couteau et le marteau. » D’un homme « qui a un rapport pathologique avec les femmes, qui veut les posséder et qui n’hésite pas à les humilier. » Les avocats de la défense n'ont pas prévu de faire appel.