Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Assises de la Dordogne : 30 ans de réclusion criminelle pour l'homme qui a poignardé sa compagne à Bergerac

Périgueux, France

L'homme accusé d'avoir tué sa compagne de quinze coups de couteau le 15 janvier 2015 dans son appartement à Bergerac, a été déclaré coupable ce vendredi soir. A 54 ans, il écope de 30 ans de réclusion criminelle.

Le procès a duré trois jours, ici, à la Cour d'assises de la Dordogne à Périgueux.
Le procès a duré trois jours, ici, à la Cour d'assises de la Dordogne à Périgueux. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Périgord

Le verdict est tombé au terme de trois jours de procès devant la Cour d'assises de la Dordogne. L'homme de 54 ans, accusé d'avoir tué sa femme de quinze coups de couteau a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle, assorti d'une peine de sûreté de 20 ans.

Cette peine de sûreté signifie que le Nîmois d'origine ne pourra bénéficier d'aucun aménagement de peine ces vingt prochaines années.

Intention ou non

Toute la matinée, les jurés ont tenter de comprendre, encore une fois, ce qu'il s'était passé le 15 janvier 2015, lorsque les policiers de Bergerac reçoivent un appel d'un témoin de la scène. Sur les lieux, ils retrouvent le corps ensanglanté d'une femme d'une quarantaine d'années, frappée par quinze coups de couteau.

"On ne peut pas prétendre que les trois plaies pénétrantes [retrouvées sur le corps de la victime], soient le fruit du hasard", a précisé l'avocat général, cherchant explicitement à démontrer l'intention de tuer de l'accusé.

Un point que réfute son avocat. Il rappelle, dans sa plaidoirie, son dur passé, "sa dégringolade, sa chute, sa tentative de suicide..." Malgré la "marginalité et l'alcoolisme", il devait se marier avec sa victime, il "était capable d'aimer."

Avec ses carences, au lieu de parler, il cogne. Oui, c'est un homme violent
— Maître Barois, son avocat

Mais sa "fragilité" et sa "volonté fébrile" le rendent finalement incontrôlable. Jusqu'à ce jour fatidique où, pour peut-être "punir" sa victime ou alors "pour assouvir un fantasme", il la tue avec un couteau, lui infligeant quinze plaies, dont deux mortelles.

La fille de la victime "soulagée"

Au terme de trois jours de procès, les six jurés ont déclaré, à la majorité, l'accusé coupable d'avoir donné la mort volontairement à sa victime. En état de récidive légale, car déjà condamné pour viol en 2007, il écope donc de 30 ans de réclusion criminelle, assorti d'une peine de 20 ans de sûreté.

L'homme de 54 ans devra également verser 30 000 euros d'indemnisation à la fille de sa victime. Aujourd'hui âgée de 15 ans, elle se dit _"soulagée"_de le voir condamné et heureuse que la justice soit rendue.

►►► LIRE AUSSI : Assises de la Dordogne : l'amnésie de l'homme qui aurait poignardé sa compagne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess