Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Assises de la Dordogne : l'amnésie de l'homme qui aurait poignardé sa compagne

- Mis à jour le -
Par France Bleu Gard Lozère, France Bleu Périgord, France Bleu
Dordogne, France

Premier jour ce mercredi du procès d'un Nîmois de 54 ans, accusé d'avoir tué sa fiancée de quinze coups de couteau en 2015. Dans le box des accusés, devant la cour d'assises de la Dordogne, l'homme dit ne se souvenir de rien.

La Cour d'assises de Dordogne
La Cour d'assises de Dordogne © Radio France - Caroline Pomès

Il risque la prison à perpétuité. Et pourtant, ce mercredi, l'accusé de 54 ans n'aide pas vraiment la Cour d'assises de la Dordogne à comprendre ce qu'il s'est passé ce 15 janvier 2015. Il dit avoir tout oublié : les quinze coups de couteau donnés à sa fiancée, les minutes qu'il a pris pour la nettoyer et l'enrouler dans des draps.

Ce jour-là, ce Nîmois d'origine se dispute avec sa compagne vers deux heures du matin. Elle le gifle. Il s'emporte et lui donne un premier coup. "Je ne me rendais pas compte de ce que je faisais", raconte-t-il tête baissé dans le box des accusés.

"Je ne voulais pas la tuer." - L'accusé pour meurtre en récidive légale de viol

Ce colosse d'1m81, 90 kg, ne se souvient plus. De longs cheveux tirés en arrière, en queue de cheval, une balafre dans le cou, il a passé sa vie entre les hôpitaux psychiatriques et la prison. A 27 ans, il fait une tentative de suicide. A 35, il est condamné pour agression sexuelle à Narbonne puis en 2007, il écope de 8 ans de prison pour viol. Cet alcoolique rencontre sa victime à sa sortie de prison, en 2012. Cinq ans après, il la tue chez elle, à Bergerac.

Placé en curatelle renforcée depuis des années, sa curatrice le décrit comme "virulent, impressionnant, qui avait tendance à s’agacer." Mais "jamais", affirme-t-elle, elle n'aurait pensé "qu'il tuerait quelqu'un un jour."

► LIRE AUSSI : Assises de la Dordogne : une femme morte poignardée à quinze reprises par son compagnon

Pour l'avocate de la fille de la victime, une adolescente de 15 ans, il "n'y a pas de pardon possible". La défense et les parties civiles devraient être entendues ce jeudi. Le verdict est attendu ce vendredi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess