Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de la Gironde : jugé pour avoir tué sa mère et sa fille, et tenté d'abattre son fils en 2015

-
Par , France Bleu Gironde

C'était dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015. Un Girondin abat de plusieurs coups de fusil de chasse, sa fille de 14 ans, sa mère sexagénaire handicapée, et blesse son fils de 11 ans, chez lui à St-Denis de Pile au nord de Libourne. Le procès vient de s'ouvrir devant les assises de la Gironde.

Maître Plouton et maître Novion les avocats de l'accusé âgé aujourd'hui de 44 ans.
Maître Plouton et maître Novion les avocats de l'accusé âgé aujourd'hui de 44 ans. © Radio France - Stéphanie Brossard

Saint-Denis-de-Pile, France

Durant la garde à vue qui a suivi le drame, dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015, l'accusé avait dit avoir "pété un câble". Il a déclaré ensuite, "n'avoir que des flashes, ne pas se souvenir de tout". La cour d'assisses de la Gironde, a cinq jours, jusqu'à vendredi, pour tenter de trouver des réponses à cette nuit d'horreur à St Denis-de-Pile. Un Girondin de 44 ans est poursuivi pour assassinat, sur sa mère sexagénaire handicapée et sa fille de 14 ans, et tentative d'assassinat sur son fils de 11 ans. 

Maître Drouault et maître Dupin, deux des avocats des parties civiles - Radio France
Maître Drouault et maître Dupin, deux des avocats des parties civiles © Radio France - Stéphanie Brossard

A son ex-femme : "tu vas avoir des morts sur la conscience"

Il y a eu ce soir-là, d'abord, une violente dispute, sur fond d'alcool, chez son ex-femme à Coutras, parce qu'il avait essayé de lui imposer une fellation et de la déshabiller. Elle l'avait alors menacé avec un couteau. Une voisine avait appelé les gendarmes. Et il était finalement reparti chez lui  à St Denis de Pile, avant de la rappeler et de la menacer. "Tu vas avoir des morts sur la conscience, par ta faute". Il avait pris son fusil de chasse et pris la direction des chambres des enfants, puis la maison adjacente où vivait sa mère. 

Il avait ensuite rappelé son ex-femme pour lui annoncer: "déjà 3 morts". Elle avait alors reçu un texto de son fils, Kevin,  11 ans, blessé, réclamant "à l'aide. Appelle une ambulance et les gendarmes". Le père de famille avait alors rappelé la mère de ses enfants, une troisième fois, pour préciser que "Kelly leur fille, est celle qui a le plus souffert, avec cinq coups de feu"

"Vous avez un problème avec l'alcool?"

Les gendarmes avaient fini par le neutraliser. Très alcoolisé : 1,63 gramme par litre de sang. "Vous avez un problème avec l'alcool ?" l'a interrogé ce lundi, le Président de la cour. "Depuis la mort de mon père en 2012 oui.  Mais j'avais des soucis. Avec ma mère, et frères et sœurs handicapés, à gérer"

Confus, pour ce premier jour d'audience, et l'instruction, il avait livré diverses versions pour tenter d'expliquer son geste : pétage de plomb, séparation mal vécue, ou un énième retrait de permis, pour conduite en état d'ivresse.  Ce lundi, ses premiers mots à l'adresse des jurés ont été : "j'étais fou amoureux de mon ex-femme".

Le verdict est attendu vendredi dans la soirée. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.