Faits divers – Justice

Assises de la Loire : Aline Moléro condamnée à 20 ans de prison

Par Julien Corbière et Tescher Léo, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 3 avril 2014 à 15:37

Assises Aline Molero
Assises Aline Molero © Radio France - Léo Tescher

Aline Moléro a été condamnée à vingt ans de réclusion criminelle jeudi par la Cour d'Assises de la Loire. Elle était jugée pour avoir tué son bébé de six mois à coups de couteau. Le verdict a suivi les réquisitions du Parquet.

La Cour a suivi les réquisitions de l'avocat général : Aline Moléro, jugée pour avoir tué son bébé de six mois à coups de couteau, écope de vingt années de réclusion criminelle. Les jurés n'ont pas retenu l'abolition du discernement au moment des faits.

"Aline Molero est reconnue coupable d'avoir volontairement donné treize coups de couteau à son bébé, avec intention de donner la mort".  —Le président de la Cour d'Assises de la Loire.

Un scénario atroce

Le 14 février 2012, jour de la Saint-Valentin, dans son pavillon de Roche-la-Molière, Aline Molero est allongée sur son lit avec son fils Amelio. Elle consulte Facebook sur son téléphone, regarde des photos d'Amelio avec son père, d'avec lequel elle est séparée. C'est le déclic. Elle ne supporte plus de voir son ex-compagnon en son fils. Elle supporte encore moins l'idée qu'un jour elle doive partager la garde de son bébé. Aline Molero descend alors au rez-de-chaussée, prend un couteau à steak dans la cuisine et remonte dans sa chambre. Elle donne alors treize coups de couteau à son fils. Amelio avait six mois.

Les jurés suivent l'avocat général

La peine de vingt ans est conforme aux réquisitions de l'avocat général. L'avocate de Mlle Molero avait demandé à la Cour de prendre en compte l'abolition totale de discernement chez sa cliente, mais elle n'a pas été entendue. Toutefois, une légère alteration du discernement est reconnue. La condamnation en prend compte. Sur réquisition de l'avocat général, la Cour condamne l'accusée à un suivi socio-judiciaire et une obligation de soins de cinq ans . A l'énoncé du verdict, Aline Moléro n'a, encore une fois, laisser filtrer aucune émotion. Malgré tout, le verdict est sévère selon son avocate Maitre Viallard-Valézy.

Assises PIF

L'avocat de la partie civile, Maître Vérilhac, est satisfait de la peine.

Assises PAF

Une semaine d'intenses émotions

Lorsque le président a rendu le verdict de la Cour, l'émotion était à son comble du coté de la famille, face à une accusée distante tout au long des audiences. Pendant quatre jours, le procès a été intense. Son épilogue était à la mesure de son intensité.

Assises PAP

Le père d'Amelio attendait beaucoup de cette semaine de procès. Surtout l'espoir de pouvoir tourner la page deux ans après les faits.

"Vingt années, c'était le minimum"  —Sébastien, le père du petit Amelio

Assises ENRO

Selon son avocate, Aline Molero ne devrait pas faire appel. Désormais, Sébastien essaie de se reconstruire. Ce mois-ci, il deviendra papa d'une petite fille.