Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de la Loire : trois frères jugés pour le meurtre de Bonson

mardi 12 juin 2018 à 17:48 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le meurtre d’un homme de 26 ans, en 2015, jugé depuis ce mardi à la cour d’assises de la Loire. Trois hommes - trois frères - sont dans le box des accusés. Parmi eux le beau-père de la victime.

La cour d'assises va juger les trois frères jusqu'à vendredi 15 juin.
La cour d'assises va juger les trois frères jusqu'à vendredi 15 juin. © Radio France - YR

Saint-Étienne, France

Le procès de trois frères s'est ouvert mardi 12 juin au matin à la Cour d'Assises de la Loire. Trois hommes accusés d'avoir frappé un homme de 26 ans. Le jeune avait été roué de coups le 21 juillet 2015 à Bonson. Il était mort quelques jours plus tard. La victime était le beau-fils d'un des accusés (le fils de sa compagne).   

Les hommes sont poursuivis pour homicide. Mais pour Maitre Roksana Naserzadeh, l'avocate du principal accusé, le beau-père, il s'agit plutôt de coups ayant entrainés la mort. Son client n'a jamais voulu tuer le fils de sa compagne. Et d'ailleurs, selon elle, tout dans l'examen de sa personnalité le prouve bien.   

Nounours

Le beau-père de la victime qui parmi les trois frères accusés est le personnage clé. C'est celui qui connaissait le mieux le jeune de 26 ans. Ils vivaient sous le même toit depuis des années dans le secteur d'Andrézieux Bouthéon. Les jurés tentent alors de comprendre les relations entre eux. L'homme est décrit comme un bon père, s'occupant seul  de ces enfants en bas-âge. Il est décrit par ces amis comme un mécano aux doigts d'or, capable de réparer un Maserati et de prendre soin d'un moteur V12 comme personne. Un homme gentil calme, prêt à rendre service. Un nounours osent certains témoins. Alors l'enjeu de ce procès, ce sera de comprendre comment cet être décrit comme adorable est aujourd'hui accusé d'avoir battu à mort le fils de sa compagne.  

Victime avec un casier    

Maitre Florence Vincent défend la mère et les frères et sœurs de la victime. Des parties civiles qui, selon elle, ne vont pas être épargnées lors de ce procès. Notamment parce que la personnalité de la victime a déjà été attaquée par les avocats de la défense et le sera sans doute encore tout au long du procès. "C’est un mode de défense assez courant de mettre en avant la personnalité de la victime qui a un casier, qui est connait de la justice, qui a déjà connu la détention. Mais tout ça est un peu prématuré tant que nous ne connaissons pas la nature et le nombre des coups." 

Le procès des trois frères s'est ouvert mardi matin devant la cour d'assises de la Loire. Les débats devraient durer toute la semaine. Le verdict est attendu vendredi soir.