Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de la Loire : un ancien légionnaire jugé pour assassinat

mercredi 24 octobre 2018 à 4:24 Par Octavie Couchard, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

En janvier 2016, deux hommes se disputent au petit matin devant le Café de la Gerbe, place Jacquard à Saint-Étienne. Ils se séparent, mais l'un d'eux rejoint l'autre à son domicile, et tire d'un coup de revolver. L'homme est jugé aux Assises de la Loire pour assassinat à partir de ce mercredi.

la cour d'assises de Saint-Étienne
la cour d'assises de Saint-Étienne © Radio France - yves renaud

Saint-Étienne, France

C'est une affaire sur fond d'alcool et d'histoire d'argent qui se déroule devant la Cour d'Assises de la Loire à partir de ce mercredi 24 octobre. En janvier 2016, deux hommes se disputent à la sortie du Café de la Gerbe, situé sur la place Jacquard à Saint-Étienne. Il est presque l'heure du petit-déjeuner quand les deux hommes, deux copains de comptoir, se séparent. La victime a 2,55 grammes d'alcool dans la sang, tandis que l'accusé a 1,6 grammes. La victime décide de rentrer chez elle, rue Grand-Gonnet, mais l'accusé passe chez lui, prend une arme et retrouve son ami. 

En bas de l'immeuble de la victime, ils se disputent de nouveau, pour une histoire de dette non-réglée. Et c'est là que tout bascule : l'accusé tire et la balle touche la victime à la tête. Les deux hommes se connaissaient bien et depuis longtemps, selon les rapports d'expertise, ils entretenaient presque une relation passionnelle. Mais qui a mal fini. 

L'accusé assure qu'il ne voulait pas tuer, et il a exprimé ses regrets devant son avocat. Selon lui, il voulait simplement impressionner son ami avec une arme et il n'aurait pas maîtrisé le coup de feu. Selon un témoin de la scène, l'homme semblait avoir l'intention de tirer.

Aucune partie civile au procès

L'homme qui comparait ce mercredi devant les Assises de la Loire est inconnu de la justice pour des faits de cette ampleur. Dans son casier, des condamnations pour conduite en état d'ivresse ou violence sous l'emprise de l'alcool. Cet ancien légionnaire de l'armée a connu une enfance difficile, dans une famille de 10 enfants, pauvre et rongée par l'alcool. Aujourd'hui, cet homme de 64 ans n'a plus de famille, à part une compagne, de 25 ans son aînée. 

Sans travail et avec un faible niveau d'étude, l'homme est décrit par les experts psychiatriques comme une personne faible et dépressive à cause de l'alcool, qui se sent rejetée par la société. Selon son avocat, il s'agit d'un homme marginal, petit, qu'on ne soupçonnerait pas d'un tel acte. 

L'accusé risque 15 ans de prison, voir perpétuité si la préméditation de l'acte est retenue par la Cour d'assises de la Loire. L'audience commence ce mercredi 24 octobre, elle doit durer trois jours.