Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cendrine Dervin condamnée à 18 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son conjoint

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Cendrine Dervin a été reconnue coupable du meurtre de son conjoint Noël Maury ce mercredi 25 novembre devant les Assises de la Marne. La Châlonnaise de 55 ans est condamnée à 18 ans de réclusion criminelle.

Cendrine Dervin est condamnée à 18 ans de réclusion criminelle
Cendrine Dervin est condamnée à 18 ans de réclusion criminelle © Radio France - Clément Conte

L'épilogue de trois jours de procès à Reims, aux Assises de la Marne. Cendrine Dervin est reconnue coupable du meurtre de son conjoint et de la dissimulation du cadavre et de preuves. Elle est condamnée à 18 ans de réclusion criminelle. Noël Maury a été retrouvé sous un lit en janvier 2017, une semaine environ après sa mort causée par une vingtaine de coups de couteau. 

La question de la légitime défense

Après le passage d'experts, de témoins et de proches de la victime et de l'accusée à la barre, la dernière journée de procès était consacrée aux plaidoiries et au réquisitoire. Au coeur des débats : la question de la légitime défense. 

Cendrine Dervin l'a toujours dit, elle s'est défendue ce soir-là. Son avocate plaide, elle, une montée de la violence entre les deux protagonistes, "un crescendo". La victime était colérique et buvait beaucoup, plusieurs témoins le confirment. 

Mais pour les parties civiles, la théorie de la légitime défense ne tient pas. Les médecins légistes n'ont pas retrouvé de traces de "protection" sur le corps. Noël Maury n'aurait donc pas tenté de parer les coups. Pour l'avocate générale, rien ne laisse penser à une emprise morale ou matérielle. La montée de la violence ? "Il suffisait de partir", selon la magistrate. 

À l'énoncé du verdict, Cendrine Dervin reste impassible dans son box, comme tout au long de la journée. La condamnation est inférieure aux réquisitions de l'avocate générale qui demandait 25 ans de réclusion criminelle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess