Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Assises de la Mayenne :"Je voulais pas spécialement agir avec violence"

-
Par , France Bleu Mayenne
Laval, France

La deuxième journée d'audience, à la cour d'Assises de la Mayenne, a été marquée par le témoignage du fils de la dame de 77 ans décédée en 2016 après le vol de son sac à main à Évron et celui de son agresseur.

La salle principale d'audience du palais de justice de Laval
La salle principale d'audience du palais de justice de Laval © Radio France - Martin Cotta

Nouvelle audience au palais de justice de Laval, ce mercredi. Le procès de deux jeunes de 20 et 23 ans continue devant la cour d'Assises de la Mayenne. Le premier est poursuivi pour vol avec violence ayant entraîné la mort. L'autre est jugé pour complicité. Le 29 décembre 2015, le plus jeune a volé le sac à main d'une femme de 77 ans. Elle a reçu un coup à la tête avant de décéder quatre jours après.

Des gants, une cagoule et un pistolet à billes

Christophe, l'agresseur, a livré à la barre sa version des faits. Pour obtenir de l'argent et rapporter de la nourriture chez ses amis qui l'hébergent, le 29 décembre, Christophe prend une cagoule et des gants chez son complice. Ce dernier l'a bien prévenu : "si tu veux revenir chez moi, ramène de l'argent par n'importe quel moyen. En volant une vieille, ou en braquant un commerce"

Le jeune homme de 20 ans prépare donc son coup. Sur internet, avec son portable, il tape la requête suivante dans un moteur de recherche : "Comment braquer une personne ?". Il arrive dans le centre-ville d'Évron en fin d'après-midi, et attend une dame qui arrive, dans une ruelle. Il la braque en lui pointant son pistolet à bille devant le visage et lui demande à plusieurs reprises son sac. Comme la femme lui résiste, Christophe tire le sac avec force, elle tombe par terre. Son agresseur l'a frappe également avec la cross de l'arme factice. 

"Je voulais pas spécialement agir avec violence"

"Je voulais pas spécialement agir avec violence" explique le garçon devant les accusés. De ce vol, Christophe récupère trois euros et des tickets restaurants. Quelque temps après l'agression Christophe retourne sur son téléphone portable et tape sur internet : "A quoi sert les chèques-déjeuners ?" (avec faute d'orthographe, ndlr).

Le fils de la victime prend la parole

Moment fort de cette deuxième journée d'audience : le témoignage, à la barre, du fils de la victime. Il s'avance au départ timidement, ses deux soeurs sont assises derrière lui. "C'est dur de parler devant vous" dit-il à la cour. "C'est dur de parler devant eux" ajoute Jérôme en parlant des deux jeunes sans les regarder. Les accusés baissent la tête et regardent leur chaussures. Le fils de la victime parle au nom de la fratrie et raconte qu'il projetait de partir avec sa mère sur l'île de La Réunion avant son décès car elle a des origines insulaires. "Ma mère, elle avait la joie de vivre. Elle était active, membre d'un club du troisième âge" complète l'homme. Ce dernier, le soir de l'agression à Évron, a dormi chez sa mère dans son appartement. C'est lui qui a tenté de la réanimer avant d'être admise à l'hôpital de Laval.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess