Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de la Mayenne : un père de famille accusé d'avoir causé la mort de son bébé

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Une affaire de "bébé secoué" est jugée pendant deux jours aux assises de la Mayenne. Un père de famille est accusé d'avoir causé la mort de son bébé il y a deux ans, à Cuillé, une petite commune dans le sud-ouest du département.

Tribunal de Laval - Image d'illustration.
Tribunal de Laval - Image d'illustration. © Radio France - France Bleu Mayenne

Cuillé, France

Dans la soirée du 20 mars 2017 et le jour qui suit, la vie d'une famille bascule dans l'horreur. Une dispute de couple. C'est violent. Le père, à bout, s'enfuit. Mais il ne part pas seul. Il prend sous le bras son fils, Maël, un nourrisson de cinq mois. Une nuit d'épouvante pour la maman. Le 21 mars, dans la matinée, il est de retour à la maison. Le bébé est inanimé. Les pompiers arrivent au domicile. Il n'y a plus rien à faire. Maël ne respire plus. Il est mort.

L'autopsie confirme la thèse du syndrome du "bébé secoué"

Les enquêteurs vont rapidement écarter la piste du décès naturel. Un accident ? Peu probable. Alors ils orientent leurs investigations vers de la maltraitance. Le syndrome du "bébé secoué"

Les deux parents sont soupçonnés et placés en garde à vue. La mère est très vite innocentée. Le père de famille, aujourd'hui âgé de 44 ans, reconnait, lui, avoir brutalisé son fils. Mis en examen pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, cet homme risque jusqu'à 30 ans de prison.