Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Assises de la Vienne : la perpétuité au bout du chemin ?

- Mis à jour le
Par

Dernière ligne droite devant les assises de la Vienne du procès de Kevin accusé d'avoir assassiné son ex-compagne à Civaux en 2016. Depuis ce matin, les avocats des parties civiles se succèdent pour dire en fait que l'accusé a prémédité son acte. L'avocat général requiert 25 ans de réclusion.

Dernier jour du procès de Kévin devant la cour d'Assises de la Vienne
Dernier jour du procès de Kévin devant la cour d'Assises de la Vienne © Radio France - Baudouin Calenge

DERNIERE MINUTE : L'avocat général requiert 25 ans minimum

L'avocat général, pour qui l'assassinat (et donc la préméditation) ne fait aucun doute, a demandé au jury de condamner l'accusé au minimum à 25 ans de réclusion criminelle, peine assortie d'une période de sûreté de 12 ans et demi.

Publicité
Logo France Bleu

Pour les parties civiles, il y a eu préméditation

Et c'est maître Takhedmit qui ouvre le feu au nom des enfants et de l'ex-mari de la victime. "Des enfants, un père qui depuis ce drame sont hantés par des questions sans réponse. Pourquoi l'avoir tué elle pourquoi ce jour là ?" S'interroge leur avocat.

L'accusé est un parasite selon l'avocat des parties civiles 

Pour lui, clairement Kevin est un parasite, un parasite qui vampirise cette famille. "Et entendre l'accusé dire que cette femme", enchaîne Me Takhedmit, "a été l'amour de sa vie devant les enfants et l'ex mari de celle-ci, c'est un outrage et c'est insupportable".

Me Lee Takhedmit, l'avocat de l'ex mari et des trois enfants de la victime persuadé que l'accusé a prémédité son acte © Radio France - Baudouin Calenge

L'avocat s'en prend ensuite à la défense de  l'accusé. Défense qui consiste à affirmer qu'il a volontairement tué la victime lors d'un jeux sexuel extrême. "Si ça avait été le cas", assène l'avocat, "il n'aurait pas maquillé la scène de crime, il n'aurait pas fuit". "Il n'aurait pas non plus pris le soin", précise son confrère Me Auzou, "de faire disparaître tous les effets personnels de la victime à l'exception d'une photo d'un enfant car il a dit à sa nouvelle compagne qu'il en avait un". Plaidoirie accablante au cours de laquelle les avocats rappellent les conclusions du médecin légiste qui révèle des traces de violences sur les parties intimes.

"Sa mort était utile"

Alors la réalité est la suivante conclut Me Takhedmit  "Pourquoi avoir tué cette femme ?" Parce que c'était utile, parce qu'il avait besoin de faire place nette, parce qu'il avait besoin de sa maison le soir même pour accueillir sa nouvelle compagne à qui il a affirmé que c'était la sienne". Il avait deux choix, selon les avocats des familles, dire la vérité à sa compagne, que cette maison n'était pas la sienne ou aller jusqu'au bout de son mensonge. C'est donc clairement pour eux un acte prémédité.

Le réquisitoire de l'avocat général et les plaidoiries de la défense sont attendues ce vendredi après midi.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu