Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Actes de tortures sexuelles aux Assises de Riom : l'inquiétant profil de l'accusé

lundi 25 septembre 2017 à 21:43 Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

Victor Da Silva, 52 ans, comparaît depuis ce lundi pour actes de torture ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Durant toute cette première journée l'individu a été décrit par les experts, son entourage, ses ex-compagnes comme instable, violent, et très dépendant à l'alcool.

Un procès qui doit s'achever mercredi à la cour d'assises de Riom
Un procès qui doit s'achever mercredi à la cour d'assises de Riom © Radio France - Olivier Vidal

Riom, France

Il est apparu dans son box le visage fermé, abattu. Victor Da Silva, a commencé cette journée d'audience quelque peu perturbé par l'enjeu du procès, ayant l'air absent au lancement des débats. Il lui aura fallu une bonne heure pour qu'il y participe. Cela a commencé par la lecture des faits par le président de la Cour. Et cette scène macabre de la nuit du 4 au 5 juin 2014 à Malintrat, ce corps de Sylvie Debret martyrisé par l'accusé, et notamment ses parties intimes. Jeu sexuel qui dérape ou violence gratuite pour faire mal ? C'est bien là la question de ce procès.

Mohamed Khanifar avocat de l'accusé - Radio France
Mohamed Khanifar avocat de l'accusé © Radio France - Olivier Vidal

Lors de cette première journée, beaucoup d'acteurs du dossier ont été entendus. A commencer par les experts psychologique et psychiatrique, en visioconférence. Tous deux ont décrit un homme perturbé, atteint d'un trouble de la personnalité et souffrant d'une dépendance claire à l'alcool. Une dépendance "qui a des conséquences sur son comportement qui peut devenir très violent". Après les experts, les témoins. L'un de ses frères d'abord, Victor Da Silva est issu d'une fratrie de neuf. Ce dernier n'hésite pas à répondre à l'avocat général qu'il "craignait son frère cadet". "Il habitait chez nous au-dessus. Il était violent avec ses compagnes. On a essayé mais on a rien pu changer" raconte cet homme qui a pris ses distances avec sa famille. Puis un voisin vient s'exprimer à la barre. Là aussi, il évoque sa peur d'avoir à faire à Da Silva, "très inquiétant quand il boit".

Un homme aux deux visages, avec ou sans alcool

L'alcool, l'accusé est tombé dedans il y a fort longtemps maintenant. Sans jamais en sortir. Il en est depuis victime et collatéralement ses compagnes successives. Certaines d'entre elles viennent témoigner ensuite à la barre. En larmes parfois. Elles évoquent l'alcool, la violence de Da Silva mais aussi l'emprise qu'il a eu sur elles, comme il a pu en avoir sur sa victime. Victor Da Silva encourt la réclusion criminelle à perpétuité.