Faits divers – Justice

Assises de Saône-et-Loire : ouverture du procès de l'assassin présumé de Christelle Blétry

Par Christophe Tourné et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne et France Bleu lundi 23 janvier 2017 à 19:06

Le portrait de Christelle Bletry
Le portrait de Christelle Bletry © Maxppp - PHOTOPQR/JOURNAL SAONE ET LOIRE

A Chalon-sur-Saône, le procès de Pascal Jardin s'est ouvert ce lundi matin devant la Cour d'Assises de Saône-et-Loire. Cet ouvrier agricole de 58 ans est soupçonné du meurtre de Christelle Blétry dont le corps avait été retrouvé en décembre 1996 sur un chemin à Blanzy.

Le corps de Christelle Blétry avait été retrouvé en décembre 1996 sur un chemin à Blanzy en Saône-et-Loire. La jeune femme avait été agressée sexuellement avant de périr poignardée de cent vingt trois coups de couteau. Son meurtrier présumé, Pascal Jardin, a été interpellé dans les Landes en 2014 suite à des analyses ADN et grâce à l'opiniatreté et au courage de "l'association Christelle", une association fondée par la mère de la victime.

Une série de victimes

Christelle Blétry fait partie de ce que l'on a appellé, "les disparues de l'A6" pour lesquelles -la plupart du temps- le ou les assassins n'ont jamais été retrouvé(s). Derrière cet intitulé "les disparues de l'autoroute A6" ce sont une douzaine, peut-être plus, de jeunes femmes qui ont été assassinées entre 1984 et 2005. Ces jeunes femmes dont les noms menaçaient de tomber dans l'oubli, se nommaient Christelle Blétry, Sylvie Aubert, Christelle Maillery; Marthe Buisson ; Carole Soltysiak ; Virginie Bluzet.

disparues de l'A6 - Maxppp
disparues de l'A6 © Maxppp - PHOTOPQR/JOURNAL SAONE ET LOIRE

Si policiers et gendarmes ont longtemps été à la peine pour retrouver les auteurs de ces crimes, les analyses ADN, technologie qui n'existaient pas il y a encore quelques années, semblent pouvoir relancer certaines enquêtes. Le procès de Pascal Jardin est ainsi le troisième qui se tient aux Assises de Saône-et-Loire alors que deux dossiers ont déjà été jugés. En juin 2016, Jean-Pierre Mura est condamné à 20 ans de réclusion pour le meurtre de Christelle Maillery en 1986. Egalement en 2016, Jacky Martin qui a fait appel, écope de 30 ans de prison assorti de 20 ans de sûreté pour le meurtre d'Anne-Sophie Girollet, une jeune étudiante en médecine enlevée en 2005 à Mâcon.

Sous l'impulsion de l'association Christelle d'autres dossiers pourraient être rouverts. Celui de Sylvie Aubert, disparue en 1986 à Chalon. Les gendarmes ont établi une connexion avec un prédateur sexuel allemand déjà condamné à la perpétuité en 2012 pour le meurtre d'une jeune femme dans l'Yonne en 1989.

Christelle Maillery, l'une des disparues de l'A 6. - Maxppp
Christelle Maillery, l'une des disparues de l'A 6. © Maxppp - PHOTOPQR/JOURNAL SAONE ET LOIRE

Pas de tueur en série ?

Pour certains de ces très vieux dossiers, la piste du tueur en série Francis Heaulme a été un temps évoqué. Hypothèse qui a fait long feu. La journaliste Emmanuelle Bouland, 48 ans, "chef des informations" au JSL, le Journal de Saône-et-Loire se souvient : "Effectivement, ce nom est apparu dans différents dossiers mais les enquêteurs ont écarté son nom dans trois affaires ces dernières années en Saône-et-Loire. Dans trois dossiers, il y a trois profils de suspects différents. Ils ont été mis en cause notamment grâce aux progrès scientifiques et des rebondissements grâce à leur ADN qui a permis de sortir leurs noms, mais aucun dénominateur commun. On a des jeunes filles du coté de Mâcon, le long de l'autoroute, qui ont été assassinées. D'autres dans le bassin minier, sur une période de 20 / 25 ans."

Emmanuelle Bouland, chef des informations au Journal de Saône-et-Loire

Le procès de Pascal Jardin doit durer deux semaines, le verdict devrait être rendu le 3 février prochain. Il encourt la réclusion à perpétuité.

Les autres affaires jugées

Après les condamnations en appel 2016 de Jean-Pierre Mura à 20 ans de réclusion criminelle (Jean-Pierre Mura, qui s'est pourvu en cassation) pour le meurtre de Christelle Maillery en 1986. Et également en 2016 de Jacky Martin (qui a lui aussi fait appel) à 30 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'Anne-Sohie Girollet en 2005. Pascal Jardin est le troisième homme a comparaître pour l'une de ces disparitions.

Jean-Pierre Mura devant les assises pour le meurtre de Christelle Maillery - Maxppp
Jean-Pierre Mura devant les assises pour le meurtre de Christelle Maillery © Maxppp - PHOTOPQR/JOURNAL SAONE ET LOIRE