Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Faits divers – Justice

Assises des Deux-Sèvres : un père de famille accusé d'avoir tenté de tuer sa fille à Sainte-Eanne

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Un Parthenaisien de 37 ans est jugé à partir de ce lundi et pour trois jours par la cour d'assises des Deux-Sèvres. Il est accusé d'avoir tenté d'assassiner sa fille en même temps qu'il voulait se donner la mort. C'était le 9 janvier 2017, à Sainte-Eanne.

Le procès dure trois jours
Le procès dure trois jours © Radio France - Noémie Guillotin

Niort, France

Une tentative d'assassinat jugée pendant trois jours par la cour d'assises des Deux-Sèvres à partir de ce lundi. Un père de famille de 37 ans habitant Parthenay est soupçonné d'avoir mis le feu à la voiture dans laquelle il se trouvait avec sa fille. C'était à Sainte-Eanne, près de Saint-Maixent-l'Ecole, le 9 janvier 2017. Ils avaient survécu mais tous les deux avait été brûlés, surtout la petite fille âgée de 5 ans au moment des faits. Une fillette brûlée au 2e degré, notamment sur les mains, les bras et le visage. 

Une bouteille de gaz dans la voiture

Le jour du drame, la voiture est stationnée dans un petit chemin à Sainte-Eanne, à la sortie de Salles. Il y a une bouteille de gaz à l'arrière. Le papa aurait alors allumé une cigarette. Un homme qui se défend d'avoir voulu se suicider avec sa fille. Il parle d'un accident. Ce Parthenaisien entretenait des relations conflictuelles avec la maman de la fillette dont il était séparé. L'enfant ne sera pas présente au tribunal mais son audition filmée est prévue au cours de ce procès. Sa maman, elle, sera là sur le banc des parties civiles. Parties civiles qui ne souhaitent pas demander le huis clos.

L'accusé risque la réclusion criminelle à perpétuité. Le verdict est attendu ce mercredi.