Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises des Landes : 15 ans de réclusion criminelle pour l'homme qui a tenté de tuer son ex

vendredi 28 septembre 2018 à 20:34 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

Après plusieurs heures de délibération, les jurés de la cour d'Assises des Landes ont rendu leur verdict ce vendredi, vers 19 heures 30. L'accusé, un homme de 39 ans, est condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour tentative d'homicide, séquestration et menaces de mort.

L'accusé est reconnu coupable de tentative d'homicide, de séquestration et de menaces de mort
L'accusé est reconnu coupable de tentative d'homicide, de séquestration et de menaces de mort © Maxppp - Bats Pascal

Louer, France

Le procès aura duré toute la semaine. Un homme de 39 ans était jugé depuis lundi par la cour d'Assises des Landes. Il était accusé d'avoir tenté de tuer son ex-compagne à coups de poing et de l'avoir séquestrée. Les faits s'étaient déroulés au printemps 2015 dans la petite commune de Louer, entre Pontonx-sur-l'Adour et Gamarde-les-Bains.   

Les jurés de la Cour d'Assises des Landes ont délibéré de longues heures. Le verdict a été rendu vers 19 heures 30 ce vendredi. L'homme est reconnu coupable de tentative d'homicide, séquestration et de menaces de mort. Il est condamné à 15 ans de réclusion criminelle, assortie d'une période de sûreté des deux tiers de la peine, cinq ans de suivi socio-judiciaire avec interdiction d'entrer en contact avec la partie civile, injonction de soins, et retrait de l'autorité parentale. En cas de non respect du suivi socio-judiciaire, l'homme encourt une peine de trois ans de détention. Une condamnation un peu plus clémente que les réquisitions de l'avocat général qui avait demandé 17 ans de réclusion criminelle, mais un suivi socio-judiciaire de trois ans. 

L'homme a désormais dix jours pour faire appel. Il a été incarcéré à l'annonce du verdict.