Faits divers – Justice

Assises de Nancy : Sylvie Leclerc condamnée à neuf ans de prison

Par Nathalie Broutin, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu vendredi 25 mars 2016 à 3:34

Sylvie Leclerc pendant 4 jours devant la Cour d'Assises de Nancy
Sylvie Leclerc pendant 4 jours devant la Cour d'Assises de Nancy © Maxppp - Maxppp

Sylvie Leclerc a été condamnée à neuf ans de prison par la cour d'assises de Nancy pour avoir tué d'un coup de fusil son compagnon en 2012. La quinquagénaire a été présentée par ses avocates comme une "nouvelle Jacqueline Sauvage", symbole des violences faites aux femmes.

Sylvie Leclerc a été condamnée à neuf ans de prison jeudi soir par la cour d'assises de Meurthe-et-Moselle à Nancy, après quatre jours d'audience. Suivant les réquisitions du parquet, la cour a estimé que le discernement de l'accusée avait été non pas aboli, mais altéré au moment du meurtre. La quinquagénaire comparaissait pour avoir abattu son concubin, Gérard, d'un coup de fusil de chasse, dans leur appartement de Jarville dans l'agglomération de Nancy en 2012. Elle a décrit Gérard comme un homme "jaloux, violent, qui l'insultait. "

Sylvie Leclerc , une nouvelle Jacqueline Sauvage?

Sylvie Leclerc a été présentée lors du procès par ses avocates comme une nouvelle Jacqueline Sauvage, devenue un symbole des violences faite aux femmes, après sa condamnation à 10 ans de réclusion pour le meurtre de son mari violent en décembre dernier à Blois (et à qui François Hollande a accordé une grâce partielle).

Les débats ont montré  une relation complexe entre l'homme et la femme. La fille du couple est venue dire à la barre que sa mère "avait bien fait " de tuer son père , que "c'était la seule issue, qu'il lui faisait peur, même si il ne l'a jamais frappée". La femme de 27 ans est revenue ici sur ses premières déclarations faites aux enquêteurs. Dans un premier temps Aude Leclerc avait décrit son père, un éboueur âgé de 58 ans, comme un "homme doux et gentil, mais dépressif et renfermé".

Un verdict conforme au réquisitoire

Selon l'avocate générale, "une vie douloureuse et la dépression chronique ont créé chez Sylvie Leclerc, cette impression qu'il n'y avait pas d'autre issue". Elle avait requis neuf ans d'emprisonnement. La cour a suivi ses réquisitions.