Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Incendie de Notre-Dame

Attaque à la mosquée de Bayonne : l'homme qui a tiré voulait venger l'incendie de Notre-Dame de Paris

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Pays Basque, France Bleu Gascogne

Le procureur de Bayonne a donné une conférence de presse au lendemain de l'attaque de la mosquée de la ville. Marc Mariée a expliqué que le suspect avait avoué partiellement les faits. Il souhaitait "venger l'incendie de Notre-Dame de Paris". Emmanuel Macron a adressé ses pensées aux victimes.

Marc Mariée, le procureur de Bayonne a tenu une conférence de presse ce mardi, au lendemain de l'attaque à la mosquée de Bayonne
Marc Mariée, le procureur de Bayonne a tenu une conférence de presse ce mardi, au lendemain de l'attaque à la mosquée de Bayonne © Radio France - Iban Etxezaharreta

Bayonne - France

Au lendemain de l'attaque de la mosquée de Bayonne, Marc Mariée, le procureur de la République de cette ville s’est exprimé ce mardi. Il est revenu sur les détails de cette attaque qui a fait deux blessés.

Le mis en cause voulait venger l'incendie de Notre-Dame de Paris

Le procureur a d'abord détaillé le déroulé des faits. "Arrivé à bord de son véhicule; l'homme a incendié la porte de la mosquée avec de l'essence, puis il a tiré sur une première victime, assise sur une chaise. Il est atteint au thorax. Il tire sur une deuxième victime qui tentait de partir en voiture", explique Marc Mariée. Les effectifs de la BAC ont ensuite interpellé le suspect vers 15h40 dans sa voiture, sans faire usage de leur arme. Mais le suspect lui s'est emparé d'un revolver et il a tenu en joue les policiers lors de son interpellation. Dans le véhicule, se trouvaient une bouteille de gaz et un charge d’arme semi automatique.

Le mis en cause, un Landais de 84 ans qui s'appelle Claude Sinké comme l'indiquait France Bleu dès ce lundi, a dit en garde à vue avoir voulu venger l'incendie de Notre-Dame de Paris, qu'il impute aux musulmans. Le mis en cause nie avoir voulu tuer quelqu'un. Un expert psychiatre doit désormais évaluer si sa responsabilité pénale est engagée. 

Concernant les deux hommes de 74 et 78 ans qui ont été blessés par balle, "leur pronostic vital n'est pas engagé." L'un a été touché au cou, l'autre au thorax et au bras. Leur état est donc stable et l'un des deux doit subir une nouvelle opération ce mardi.

"La République fait bloc autour des victimes", affirme Emmanuel Macron

"La République fait bloc autour" des victimes, a assuré Emmanuel Macron mardi soir, pendant l'inauguration du nouveau Centre européen du judaïsme à Paris. "La République fait bloc autour d'eux, comme elle fait bloc autour de chacun de ses enfants, lorsque l'obscurantisme et l'intolérance réapparaissent", a déclaré le chef de l'Etat. Il a aussi adressé une "pensée amicale et républicaine" aux deux septuagénaires blessés.

Dans son discours lors de cette inauguration, Emmanuel Macron a également ciblé ceux qui, "voulant semer la haine et la division", se servent du principe de laïcité "pour mener le combat contre telle ou telle religion".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu