Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attaque à la préfecture de police de Paris

Attaque à la préfecture de police de Paris : ce que l'on sait sur la clé USB retrouvée dans le bureau du tueur

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

La clé USB retrouvée dans le bureau de Michaël H. a-t-elle servi à diffuser des données sensibles à l'extérieur de la préfecture de police de Paris ? Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a déclaré ce jeudi ne pas "être en mesure de le dire", lors de son audition au Sénat.

La clé USB a été retrouvée dans le bureau du tueur.
La clé USB a été retrouvée dans le bureau du tueur. © AFP - Denis Meyer / Hans Lucas

Une clé USB a été retrouvée dans le bureau de Mickaël H. à la préfecture de police de Paris, après l'attaque au cours de laquelle il a tué quatre personnes, le 3 octobre. Le contenu de cette clé et l'usage que le tueur en faisait posent question, une semaine après le drame. Auditionné par la commission des Lois du Sénat, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a livré ce jeudi des éléments de réponse. Voici ce que l'on sait sur cette clé USB.

Vidéos de propagande et données sensibles

Cette clé USB a été retrouvée dans le bureau de Mickaël H. à la préfecture de police de Paris. Les enquêteurs se sont logiquement intéressés aux effets personnels du tueur, abattu par un policier après avoir tué quatre personnes. Sur cette clé, des vidéos de propagande de l'État islamique et des informations personnelles de policiers ont été découverts, affirme franceinfo. Devant la commission des Lois au Sénat, Christophe Castaner a précisé que "tout ce qui est sorti dans la presse semble éloigné de la vérité et pour l’instant n’est pas confirmé".

Suite à la découverte de ces éléments, deux questions se posent : les vidéos de propagande de Daesh sont-elles une preuve de la radicalisation religieuse du tueur, alors que sa femme évoque une "crise mystique" la nuit précédant le drame ? Les informations personnelles concernant les policiers ont-elles pu, par ailleurs, être diffusées à l'extérieur de la préfecture de police ? 

Un usage qui reste flou 

Selon les premiers éléments de l'enquête auxquels franceinfo a eu accès, la clé et les éléments qu'elle contient étaient à usage professionnel. Toutefois, "les analyses se poursuivent et il est trop tôt pour écarter tout transfert illicite", a précisé une source proche de l'enquête. Même son de cloche du côté de Christophe Castaner, qui a expliqué ce jeudi "ne pas être en mesure de dire si le terroriste a diffusé des informations vers l’extérieur ou pas". Le ministre de l'Intérieur a cependant indiqué "ne pas avoir d'éléments particuliers sur ce sujet qui nous alerte", précisant que "rien n'établit (pour le moment, ndlr) qu'il y aurait une organisation collective autour de l'auteur de l'attentat".

Les enquêteurs ont encore des milliers de données à éplucher, aussi bien sur cette clé USB que dans les différents supports informatiques de Mickaël H. saisis lors de la perquisition à son domicile de Gonesse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess