Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Attaque à la préfecture de police de Paris

"Il s’est avancé, la pointe du couteau vers moi" : le policier qui a abattu le tueur à la préfecture de police raconte

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Le policier qui abattu l'auteur de l'attaque de la préfecture de police de Paris, qui a causé la mort de quatre personnes jeudi dernier, a témoigné devant les enquêteurs. "ll s'est avancé vers moi le bras droit à l'horizontale, la pointe du couteau dirigée vers moi", a raconté le stagiaire.

Le jeune gardien de la paix a stoppé le parcours meurtrier de Mickaël H., jeudi 3 octobre.
Le jeune gardien de la paix a stoppé le parcours meurtrier de Mickaël H., jeudi 3 octobre. © Maxppp -

Il était sorti de l'école de police six jours avant. Jeudi dernier, Jonathan, gardien de la paix stagiaire en poste à la préfecture de police de Paris, se retrouve face à Mickaël H., qui vient d'abattre quatre personnes avec un couteau de cuisine. C'est ce jeune stagiaire qui, en l'abattant avec son arme, va mettre fin à la folie meurtrière de l'assaillant. Il a raconté la scène aux enquêteurs, un témoignage révélé par France 3 ce mercredi soir. La chaîne a eu accès à ses déclarations devant les enquêteurs.

"Police, pose ton arme !"

Alors qu'il sort tout juste de l'école de police, terminée six jours auparavant, ce jeudi 3 octobre, Jonathan est chargé de filtrer les personnes qui entrent à la préfecture de police. Quand, à la mi-journée, "une collègue qui venait de la cour de la préfecture m'a apostrophé, sanglotante et affolée. Elle a affirmé qu'un terroriste se trouvait dans l'enceinte, armé d'un couteau et qu'il venait de poignarder plusieurs collègues", raconte le gardien de la paix aux enquêteurs.

À 12h50, il se retrouve nez à nez avec l'assaillant, qui arrive dans la cour d'honneur du bâtiment. Il vient de tuer quatre de ses collègues. "Il tenait dans sa main droite un couteau de cuisine avec une grande lame pleine de sang. L'assaillant m'a regardé fixement et je lui ai ordonné une première fois à voix haute : 'Police, pose ton arme!'", raconte le jeune stagiaire. 

Malgré les sommations, le terroriste poursuit son avancée 

Mais la sommation n'arrête pas le terroriste. "Il s'est ensuite avancé vers moi à petits pas, avec le bras droit à l'horizontale, la pointe du couteau dirigée vers moi", révèle Jonathan. Il n'a d'autre choix que d'utiliser son arme. Il le touche une première fois au torse, mais le terroriste se met à courir vers lui. "Malgré cette blessure, il a continué sa progression avec détermination", rapporte le jeune policier. Il tire une seconde fois. Cette fois, le terroriste s'effondre à terre.

Malgré le choc, le policier garde ses réflexes : "Je regardais partout pour savoir si cet homme avait d'éventuels complices dans la cour", a témoigné le jeune homme. 

Macron salue la maîtrise et le "courage hors norme" de Jonathan

Mardi, lors de la cérémonie en l'honneur des victimes, Jonathan a choisi de rester dans l'ombre. Il sera décoré de la Légion d'honneur dans les prochains jours. Emmanuel Macron a salué "la maîtrise" et "le courage hors-norme" dont il a fait preuve.

Choix de la station

France Bleu