Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Attaque à Paris : l'ami de l'assaillant travaillait à l'Office français de l'immigration à Strasbourg

mardi 15 mai 2018 à 17:34 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

L'homme de 20 ans, interpellé dimanche à Strasbourg dans le cadre de l'enquête sur l'attaque au couteau à Paris, travaillait dans un organisme chargé de l'accueil et de l'intégration des personnes immigrées.

Hakim A. interpellé dimanche 13 mai à Strasbourg.
Hakim A. interpellé dimanche 13 mai à Strasbourg. © Maxppp - Patrick Hertzog

Strasbourg, France

Le Strasbourgeois de 20 ans, Hakim A., interpellé dimanche à Strasbourg, était employé en CDD à l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Offi) à Strasbourg, a indiqué le directeur général de l'office, Didier Leschi, à l'Agence France presse. L'organisme est chargé de l'accueil et de l'intégration des personnes immigrées. 

Hakim A. était très proche de Khamzat Asimov, le terroriste qui a tué une personne samedi à Paris et blessé quatre personnes, avant d'être abattu par la police. Les deux hommes ont été au lycée ensemble à Strasbourg. 

Pas de casier judiciaire

Hakim A. "travaillait depuis janvier en CDD à l'accueil de l'Ofii, un poste qui n'était pas à responsabilités, et son contrat avait été renouvelé jusqu'à décembre", a précisé Didier Leschi. Il a été mis à pied lundi. Lors de son embauche "tous les contrôles légaux ont été effectués, notamment la vérification du casier judiciaire" mais il "n'avait pas de casier". 

Il était suivi par les services de renseignement depuis son mariage religieux avec une Francilienne radicalisée de 19 ans qui avait tenté de partir en Syrie.