Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attaque de Rambouillet : la garde à vue des deux cousins de l'assaillant levée

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Deux cousins du Tunisien qui a tué une fonctionnaire de police vendredi à Rambouillet avant d'être abattu, ont été remis en liberté mardi soir. Ils ne font l'objet d'aucune poursuite pour l'instant, selon une source judiciaire.

Le commissariat de Rambouillet est en deuil
Le commissariat de Rambouillet est en deuil © AFP - MAGALI COHEN / HANS LUCAS

Après le père, ce sont les deux cousins de Jamel G., le Tunisien qui a tué une fonctionnaire de police vendredi à Rambouillet avant d'être abattu, qui ont été remis en liberté mardi soir, indique une source judiciaire. 

Dans l'enquête sur cette attaque, menée par le parquet national antiterroriste, "il n'y a plus de gardes à vue en cours", a précisé cette source.  

Les deux cousins de l'assaillant avaient été interpellés samedi et dimanche. Le père de Jamel G., ainsi qu'un couple qui avait domicilié administrativement l'auteur de l'attaque, avaient également été placés en garde à vue. Ils avaient été relâchés, mardi pour le premier, dimanche pour le couple.  

Jamel G., un ressortissant tunisien de 36 ans titulaire d'une carte de séjour, a mortellement poignardé à la gorge une fonctionnaire de police, Stéphanie Monfermé, dans l'entrée du commissariat de Rambouillet vendredi en début d'après-midi.  Il a été tué par les tirs d'un policier.  

Selon le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard, l'homme, dont la radicalisation était "peu contestable", présentait "certains troubles de la personnalité".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess