Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attaque au couteau à Romans-sur-Isère

Attaque à Romans : pour le CSA, le sketch de Canteloup "n'a pas excédé les limites de la liberté d'expression"

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

La liberté d'expression "vaut aussi pour les idées qui heurtent, choquent ou inquiètent", détaille le Conseil supérieur de l'audiovisuel, qui a décidé de ne pas intervenir auprès de TF1 après le sketch de Nicolas Canteloup qui avait heurté de nombreux Romanais.

L'attaque a fait deux morts et cinq blessés à Romans-sur-Isère
L'attaque a fait deux morts et cinq blessés à Romans-sur-Isère © Radio France - Claire Leys

Le sketch de Nicolas Canteloup sur l'attaque au couteau de Romans-sur-Isère, qui avait indigné de nombreux Romanais, n'a "pas excédé les limites de la liberté d'expression", estime le Conseil supérieur de l'audiovisuel, qui, "en l'absence de manquement", a finalement décidé de ne pas intervenir auprès de la chaîne. "Le Conseil a compris la très forte émotion que la diffusion de cette séquence avait pu susciter, quelques jours après les faits survenus à Romans-sur-Isère, il a considéré, au regard du genre humoristique du programme concerné, que les propos n'avaient pas excédé les limites de la liberté d'expression, laquelle vaut aussi pour les idées qui heurtent, choquent ou inquiètent", détaille le CSA dans sa délibération. 

"Le CSA manque à ses devoirs", pour le députée Emmanuelle Anthoine

Le CSA avait été saisi par plusieurs élus, notamment par la députée de la Drôme Emmanuelle Anthoine qui "regrette cette réponse". "Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel manque a ses devoirs de régulateur et devra en répondre devant les Drômois excédés par le traitement léger de cet épisode, réagit-elle. Apparemment le CSA n’a pas pris la mesure de cette interrogation et surtout n’a pas pris en compte la douleur des familles et de l’ensemble des Drômois, qui ont été atteints lors de cette acte terroriste envers notre pays".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu