Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attaque au couteau dans la gendarmerie de Dieuze : la piste terroriste est écartée

L'enquête sur l'attaque au couteau dans la gendarmerie de Dieuze n'a révélé "aucun élément de radicalisation", annonce mardi soir le procureur de la République de Metz. L'agresseur, un jeune militaire auvergnat de 19 ans, avait "l'intention de mourir".

Un militaire, âgé de 19 ans, s'était introduit dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Dieuze lundi après-midi, armé d'un couteau.
Un militaire, âgé de 19 ans, s'était introduit dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Dieuze lundi après-midi, armé d'un couteau. © Maxppp - Laurent Mami

L'enquête sur l'agression lundi d'un gendarme par un militaire de 19 ans, qui l'a blessé avec un couteau dans la gendarmerie de Dieuze (Moselle), n'a révélé "aucun élément de radicalisation", indique mardi soir le parquet. Le jeune homme "avait l'intention de mourir", a précisé le parquet. "Le Parquet national antiterroriste ne se saisit pas (de l'enquête), cette affaire reste sous le régime du droit commun, c'est une tentative d'homicide volontaire sur une personne dépositaire de l'autorité publique", a indiqué le procureur de la République à Metz, Christian Mercuri. 

Il voulait "mourir sous le feu des gendarmes"

Blessé à l'abdomen par le gendarme qu'il avait attaqué, le jeune militaire a été placé en garde à vue mardi à l'hôpital Mercy de Metz, après avoir été opéré. Il a reconnu les faits devant les enquêteurs, en les minimisant, selon le procureur de la République. "Il reconnaît les faits en les minimisant, son intention était de mourir sous le feu de la gendarmerie, il souhaitait en finir avec la vie", a précisé Christian Mercuri. 

Le jeune homme, originaire du Puy-de-Dôme, avait intégré en décembre le centre de formation initiale des militaires du rang de Dieuze, commune de 3.000 habitants. "Il explique qu'il ne supportait pas la vie militaire", a relaté le procureur. 

Le militaire de 19 ans se décrit comme "athée"

Les investigations réalisées dans sa chambre, l'exploitation de son téléphone portable ainsi que l'audition de sa famille et de ses camarades militaires "n'ont révélé _aucun élément de radicalisation",a affirmé le procureur. Sur le plan religieux, il se dit "athée"_. 

Une information judiciaire sera ouverte mercredi et l'homme sera déféré en vue de sa mise en examen. "En raison de son état de santé, la procédure se fera à l'hôpital", a souligné le procureur qui va demander son placement en détention. L'enquête est menée par la section de recherches de la gendarmerie de Metz et la police judiciaire de Metz.

Engagé depuis décembre

Le jeune militaire de 19 ans est originaire du Puy-de-Dôme, et vivait eh Haute-Loire avant de s'engager dans l'armée en décembre. Il a été affecté au centre de formation initiale des militaires à Dieuze, le lieu où sont formées les recrues qui s'orientent vers la transmission. Il avait fait l'objet d'une enquête lors de son engagement, c'est une procédure classique. 

L'assaillant n'était "pas en service" ce lundi après-midi quand il a attaqué la gendarmerie. Selon les informations recueillies par France Bleu Lorraine, le jeune militaire n'était pas fiché S.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess