Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attaque au couteau à Romans-sur-Isère

Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : vive polémique parmi les avocats drômois

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Apres l'attaque qui a fait deux morts et cinq blessés samedi dernier à Romans-sur-Isère (Drôme), les avocats du Barreau drômois se déchirent. L'un d'eux a tenu des propos insultants sur leur groupe privé Facebook. Le Bâtonnier aussi est éclaboussé pour des écrits jugés indignes par ses confrères.

Illustration
Illustration © Radio France - Nathanael Charbonnier

C'est un avocat de Romans-sur-Isère qui est à l'origine de cette polémique. Samedi dernier, sans doute sous le coup de l’émotion, après l'attaque au couteau qui a fait deux morts et cinq blessés dans sa ville, il s'exprime sur le groupe Facebook privé des avocats drômois. Un groupe d'habitude destiné à une entraide professionnelle, mais qui ce jour là se transforme en exutoire. L'homme de loi écrit : " à tous les connards qui veulent défendre les sous merde du type de celui qui a tué deux personnes à Romans ce matin, continuez à vouloir mettre en avant les droits de l'homme et à déshonorer la profession."

Des propos indignes

Des propos qui déchaînent les réponses scandalisées des autres membres du groupe. L'une répond "merci pour les connards", une autre se dit "choquée" par ces propos. Mais l'avocat romanais persiste "j'assume mes propos", et il va même jusqu’à écrire que les personnes comme l'auteur de l'agression "n'ont pas le droit à la vie". Le Bâtonnier Thierry Chauvin réagit à son tour. Il commente : "BFMTV m'a appelé, j'ai benoîtement répondu que je ne désignerai pas d'avocat d'office que nous verrions ça à la fin du confinement et encore si j'ai le temps". Il ajoute quelques commentaires plus loin : "Il peut crever où il veut rien à... et moi aussi je pèse mes mots".

Le bâtonnier se désolidarise après coup

Une semaine après ces écrits, le bâtonnier assure qu'il a été mal compris. Il se refuse à désigner d'office des avocats depuis le début du confinement quand à la petite phrase "si j'en ai le temps" il affirme : 

"C'est un malentendu je voulais seulement dire que l'affaire n'allait pas rester dans la Drôme du point de vue judiciaire." - Thierry Chauvin, bâtonnier des avocats à Valence

Le bâtonnier explique aussi qu'il n'utilisait pas Facebook avant le 31 décembre dernier date à laquelle il a pris ses fonctions et qu'il a depuis cette histoire quitté ce réseau social. Enfin, il assure aujourd'hui se désolidariser des propos insultants tenus par l'avocat romanais.

Tollé général

La très grande majorité des avocats de la Drôme s'insurge. Il en va de notre serment professionnel assure une des avocates du barreau. D'anciens Bâtonniers eux aussi condamnent de la façon la plus ferme ces propos :  "Ils sont inacceptables. Vous n'êtes pas digne de la robe que vous portez" s’étrangle l'un d'eux. 

L'un des avocats pénalistes les plus respecté du barreau de la Drôme, Maître Alain fort, qui a prêté serment il y a 50 ans fini même par sortir de sa réserve pour intervenir dans un communiqué. Lui qui a défendu des criminels mais aussi des familles de victimes assure que la première pensée c'est bien sûr la compassion absolue envers les victimes. Mais il tient à rappeler une vérité : "Être avocat, c'est savoir faire abstraction de ses sentiments personnels et parfois se retrouver aux côtés d'un homme pour lequel on a aucune sympathie mais qui reste un être humain, un homme pour lequel il faut tenter de rechercher la faible lueur de dignité humaine qui vacille encore en lui" conclut Maître Alain Fort.

Au micro de France Bleu Drome Ardèche il confie aussi "le droit d'être défendu, peu importe le crime, est l'un des fondements de notre démocratie".

Pas de poursuites disciplinaires

L'actuel bâtonnier lui tient à préciser que l'avocat Romanais à l'origine de toute cette affaire a depuis présenté ses excuses par écrit au Conseil de l'Ordre. Maître Chauvin précise que les propos tenus par son confrère sont inacceptables mais qu'il n'envisage pas contre lui de poursuites disciplinaires. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu