Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Attaque d'ours dans les Pyrénées : les éleveurs manifestent à Arreau

200 personnes manifestent à Arreau dans les Hautes-Pyrénées, ce jeudi matin, pour dire leur inquiétude après les dernières attaques d'ours en vallée d'Aure et du Louron, ces dix derniers jours. La préfecture a d’ailleurs déclenché le protocole "ours à problème".

Plus de 150 manifestants se sont retrouvés ce jeudi matin, au rond-point d'Arreau, dans les Hautes-Pyrénées.
Plus de 150 manifestants se sont retrouvés ce jeudi matin, au rond-point d'Arreau, dans les Hautes-Pyrénées. © Radio France - Soisic Pellet

Les éleveurs de brebis des Hautes Pyrénées avaient prévu de manifester leur exaspération ce jeudi matin à Arreau, avant d'apprendre que le protocole « ours à problème » avait été déclenché ce mercredi soir par la préfecture du 65, après trois attaques d’ours en l’espace de dix jours, en vallée d’Aure et du Louron. Après une opération de filtrage au rond-point d'Arreau, les manifestants ont choisi de se diriger vers le marché d'Arreau. Les éleveurs veulent demander le retrait de l'ours à problème, et cible Goiat, comme l'auteur de ces attaques, même si le nom de l'ours n'a pas été précisé par les autorités.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des attaques proches des habitations

Selon les experts de l’Office Français de la Biodiversité, il s'agit bien d’un comportement anormal attribué à un unique animal. Le préfet des Hautes-Pyrénées autorise donc les agents de l'office à effaroucher l'ours, en tirant des balles en plastique et en faisant éclater des cartouches à double détonation. Les opérations ont débuté dans la nuit de mercredi à jeudi. 

Des banderoles ont été installées sur le rond-point d'Arreau par ces éleveurs en colère
Des banderoles ont été installées sur le rond-point d'Arreau par ces éleveurs en colère © Radio France - Soisic Pellet

Les éleveurs qui ont été reçu ce mercredi en préfecture ont maintenu leur manifestation ce jeudi matin sur le rond point d'Arreau. Selon eux, un cap a été franchi : "l'ours est entré dans la bergerie" a notamment raconté sur France Bleu, Françoise Salle-Canne, éleveuse de brebis à Lançon, village tout proche d'Arreau.

Les manifestants ont prévu de rejoindre le marché, dans le centre-ville d'Arreau.
Les manifestants ont prévu de rejoindre le marché, dans le centre-ville d'Arreau. © Radio France - Soisic Pellet

"A chaque printemps, mes brebis se font attaquées"

René est éleveur de brebis en montagne, dans les Hautes-Pyrénées, et déplore des attaques d'ours chaque année. "On les sort, on est bien obligé de les sortir mais on ne peut pas toujours les garder", explique-t-il. Surtout que maintenant, "dans les fermes, on n'est pas 50, on est un ou deux et je ne vais pas me payer un berger alors que j'ai un tout petit troupeau". 

René, éleveur de brebis dans les Hautes-Pyrénées

Choix de la station

À venir dansDanssecondess