Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attaque de chiens à Anglet contre un troupeau de chèvres : le propriétaire des Malinois fait son mea-culpa

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu

Patrick est au plus mal. Ce retraité de 68 ans plaide coupable après l'attaque de ses trois chiens, lundi dernier, à Anglet contre six chèvres appartenant à un éleveur mort d'une crise cardiaque en découvrant le massacre.

Patrick ne parvient plus à dormir
Patrick ne parvient plus à dormir © Radio France - Paul Nicolaï

"Je suis entièrement responsable." Déclaration au micro de France Bleu Pays Basque du propriétaire des trois chiens malinois qui, lundi soir, ont attaqué et tué violemment six chèvres dans les bois de Chiberta à Anglet. L'homme âge de 68 ans, exprime ses regrets après la décès de Peio Olcomendy, l’éleveur décédé d'une crise cardiaque après la mort violente de ses animaux.

Patrick affirme être responsable

Patrick raconte cette journée de lundi 5 avril : "Les chiens ont échappé à ma surveillance et j'ai appelé, mais ils ne sont pas rentrés. J'ai attendu dans la voiture, là où je me gare d'habitude pour les attendre et ne les voyant pas venir, je suis rentré à la maison, chez moi. C'est là que j'ai eu la police, devant ma porte, qui m'a expliqué qu'un de mes chiens avait été arrêté."

"Ce jour-là, les chiens ont échappé à ma surveillance..."

Il poursuit : "Ce n'est pas la faute de mes chiens, c'est la mienne. Je suis en dépression. Ce sont un peu mes enfants. Je me sens responsable des autres. Je me sens à la fois responsable de ce qu'ont fait mes chiens et de la mort de l’éleveur." Le retraité estime que ses chiens ne sont pas dangereux pour les humains, mais cesse d'adresser ses "plus profondes condoléances" à la famille de l'éleveur décédé.

Entendu par la police, Patrick risque une amende. Les animaux ont été placés à la SPA de Bayonne. Selon Patrick, les chiens ont passé un test d'analyses comportementales qui "prouverait leur absence d'agressivité envers l'homme."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess